39 Steps : Un coup sûr pour une soirée drôle!

39 Steps, spectacle complètement « flyé » est un succès assuré pour une soirée drôle et remplie de plaisir. Reconnu dans le monde du théâtre pour ses gags visuels originaux et ses blagues clichées de thriller, le « 39 Steps » du Centaur est vraiment à ne pas manquer. “Ma date”, qui n’avait aucune attente, en est sortie ravie et époustouflée.

Lorsqu’on rentre dans le théâtre, on est immédiatement attiré par les décors de Michael Gianfrancesco. On se croit réellement dans un ancien théâtre en ruine. Dès que les lumières se tamisent, on entend le petit rire narquois de Richard Hanley, le héros de la pièce, et on sait immédiatement qu’on passera deux heures de rigolade. Quel spectacle!

Think outside the box!!

Eda Holmes, qui en est à son premier spectacle depuis son arrivée au Centaur, réussit brillamment le défi qu’est « 39 Steps ». En effet, cette oeuvre intelligente et comique nécessite beaucoup, beaucoup de travail de la part des acteurs et du metteur en scène. Souvent, réussir une comédie peut être plus difficile que de réussir une tragédie. Son secret: un casting parfait avec des acteurs de qualité.

« 39 Steps » est une parodie du thriller d’espionnage d’Alfred Hitchcock du même nom où le présumé coupable, Richard Hannay, se retrouve prit dans le milieu d’une histoire de meurtre. Il part donc à l’aventure afin de trouver une façon de prouver son innocence. À travers son périple, il aura la chance de visiter plusieurs endroits et de rencontrer multiples personnages. 

L’imagination et l’originalité d’Eda Holmes sont impressionnantes et satisfaisantes. En effet, avec des décors simples et des idées de génie, l’aventure de Richard Hannay passe, entre autres, par un voyage de train mouvementé, une rencontre dans une ferme et un discours accidentel sur une scène politique. On verra même le héros de l’histoire s’échapper d’une poursuite aérienne.

Du talent à revendre!

Charmant du début à la fin, Andrew Shaver, qui joue Richard Hannay, est impeccable. Son personnage est un peu maladroit, ce qui le rend attachant et plaisant autant pour le public féminin que masculin. De plus, son aisance sur scène nous met immédiatement en confiance.

Je lève mon chapeau à Amélia Sargisson qui joue la femme fatale. Dans la pièce, elle incarne quelques rôles et les attaque avec force et endurance. Son jeu corporel et sa flexibilité sont très impressionnants. Je l’ai trouvé vraiment spectaculaire. 

Comment parler de « 39 Steps » sans parler des pitres à personnages multiples. Lucinda Davis et Trent Pardy se donnent entièrement sur la scène. Ils réussissent à incarner plus de 40 personnages; agents secrets, propriétaires d’hôtel, politiciens, vendeur de journaux, conducteur, etc. L’idée derrière leur jeu est magnifique cependant, au courant de la pièce, certains gags deviennent un peu prévisibles. 

Pour conclure, l’ensemble de l’œuvre en vaut la peine. Par contre, au niveau de l’écriture du texte, il manque un peu de profondeur. Toutefois, cette comédie légère et loufoque fut très bien interprétée et dirigée.  

« 39 steps » est un coup sûr pour une sortie dans ces temps frisquets et est en spectacle jusqu’au 10 décembre au Théâtre Centaur, 453 St-François-Xavier St. Billets : 514-288-3161 ou visiter centaurtheatre.com.

 

Photo: Amelia Sargisson et Andrew Shave ©Andrée Lanthier

Sujets connexes

%d bloggers like this: