Amylie, une chanteuse qui a la tête dans les nuages, mais les pieds bien ancrés au sol

Amylie sur la scène du Verre bouteille - Photo: Valérie Jetté
Amylie au piano - Photo: valérie Jetté
Amylie au piano – Photo: Valérie Jetté

Pour fêter ses 20 ans, le Verre Bouteille recevait hier soir la chanteuse Amylie, accompagnée de ses musiciens Mathieu Désy et Robbie Kuster. La talentueuse chanteuse originaire de Mascouche nous a offert un medley de ses plus récents succès, dont plusieurs tirés de son tout dernier opus Les éclats.

Dès les premières notes, on se laisse transporter dans l’univers de l’auteur-compositrice-interprète qui nous fait groover au son des chansons « Tout », « La hauteur » et « Les filles ». Puis, de fil en aiguille, on entre dans une bulle plus intimiste où Amylie nous livre sans pudeur des chansons qui traitent entre autres de relations amoureuses déchues et de la maladie de Lyme dont elle a souffert récemment. Également, l’artiste a tenu à souligner la grande Marche des femmes qui se tenait à Washington et dans plus de 600 villes dans le monde en interprétant la chanson « Système solaire » qui est une ode à ses sœurs, mais à ses consœurs aussi dit-elle.

Après son spectacle, les Arts Zé a eu le privilège de rencontrer Amylie qui a spontanément accepté de répondre à nos questions en toute honnêteté et avec une immense générosité.

Marilyne : En écoutant Les éclats, on découvre des pièces extrêmement touchantes qui oscillent entre la noirceur et la lumière. Sur certaines pistes, on vous sent fragile et vulnérable alors que sur d’autres, on vous sent très assumée et sûre de vous, comme si tranquillement, vous parveniez à remonter la pente. Quels conseils auriez-vous à donner à ceux qui vous écoutent et qui vivent des moments difficiles ?

Amylie : Premièrement, je dirais « courage » ! Honnêtement, il n’y a pas de secret lorsqu’on vit une situation difficile…on a tous notre façon de voir les événements, de les vivre et de les ressentir. Je crois que ce qui est particulièrement difficile, c’est de se sentir extrêmement vulnérable, de ne pas avoir le contrôle…comme si tout d’un coup, on perdait tous nos repères. Je crois que le conseil que je donnerais, ce serait de garder espoir, de tenter d’accepter ce qu’on ne peut changer et de se rassurer en se disant qu’il y a quelque chose de mieux qui nous attend.

Amylie et la journaliste de Les ArtsZé Marilyne Jetté
Amylie et la journaliste de Les ArtsZé, Marilyne Jetté

Marilyne : Est-ce que ce fut votre cas ? Y avait-il quelque chose de mieux qui vous attendait finalement ?

Amylie : Oh oui ! (Rires) J’ai eu à surmonter une grosse peine d’amour et j’ai ensuite été diagnostiquée avec la maladie de Lyme qui m’a mise sur le carreau pendant 1 an et demi. Puis, un jour, alors que j’étais à l’hôpital, un ami d’enfance est débarqué sans prévenir. Les visites se sont multipliées et mon envie de sourire aussi. Depuis, on ne s’est pas quittés. C’est drôle parce qu’on se connaissait depuis toujours ; c’est d’ailleurs le premier gars avec qui j’ai dansé un slow!

Marilyne : Vous êtes en couple depuis combien de temps ?

Amylie : Depuis 2014 ! (Sourire)

Marilyne : Qu’est-ce que vous retirez de toutes ces expériences qui ont su inspirer votre dernier album ?

Amylie : J’ai réalisé que lorsqu’on vit quelque chose de tragique, ça nous rend plus sensible et plus à l’affût des petits signes de la vie, de ce qui se passe autour de nous ; moi ça m’a ouvert les yeux. Comme je le dis dans ma chanson, « J’ai toujours tout eu sauf les yeux pour le voir. »

Site web

Crédit Photos: Valérie Jetté

Sujets connexes

%d bloggers like this: