Anders Roslund et Börge Hellström : Nouvelle offrande de la Suède, désormais référence du polar.

3 secondes est le premier volet d’une trilogie, d’ores et déjà assurée de faire parler d’elle à l’international, notamment avec son adaptation cinématographique The Informer, prévue cet été. Stieg Larsson avec Millenium a sans contredit ouvert la voie à de nombreux auteurs suédois se spécialisant dans le polar. Dans un style plus classique et avec une plume tantôt descriptive, tantôt hargneuse, Roslund et Hellström nous entraînent dans une Suède insoupçonnée, dans laquelle la frontière entre « gentils » et « méchants » est mince…

3 secondes porte bien son titre : trois hommes Piet Hoffman, alias Paula, Erik Wilson, son mentor et relatif ami et Ewert Grens, le flic.

Piet, aussi connu sous le pseudonyme de Paula, est un agent secret infiltré dans la mafia polonaise. Après un échange foiré, dans lequel il assiste à l’exécution d’un autre agent, il se voit confié par son mentor, Wilson et de hautes instances politiques, la délicate mission de devenir le caïd du trafic d’amphétamines dans une prison. Laissant derrière lui femme et enfants, il va devoir faire appel à ses réflexes d’un passé sombre, pour assurer sa mission et rester en vie. D’autant qu’il va devoir rapidement faire une croix sur les personnes en qui il avait confiance…

Roslund et Hellström nous offre ici un roman conjuguant tous les ingrédients – voire les clichés – dont le genre est friand, mais aussi un rythme d’écriture en trois temps, hé oui, encore trois ! Trois parties qui ne correspondent pas forcément au découpage proposé par les auteurs. Une première partie qui placent les joueurs : le héros intraitable en tant que Paula, sensible en tant que Piet, sorte de bad boy attachant, au passé trouble et à l’avenir incertain. Erik Wilson, l’américain en contrôle – ou presque – qui ne se mouille pas trop les mains. Et dans le rôle du vieux policier désabusé, dépressif et en deuil, Ewert Grens. Lente et descriptive, elle étiole notre intérêt jusqu’à ce que la deuxième partie, en prison, nous offre une dynamique beaucoup plus haletante. La troisième partie est le théâtre d’un revirement de situation d’autant plus nécessaire qu’il faut bien introduire les deux autres volets.

Mais ne gâchons pas la surprise et relevons l’efficacité de l’histoire et ses nombreux intérêts concernant les faits réels et de fiction, présentés tout au long de l’histoire. Les notes de fin nous éclairent d’ailleurs davantage sur le fonctionnement policier et pénitentiaire, tout en révélant les aspects glauques de ces systèmes où rien n’est tout noir ou tout blanc.

 

3 secondes – Anders Roslund et Börge Hellström

Éditions : Mazarine

Genre : Roman polar/suspense

592 pages

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share