Charles Sagalane est le lauréat du Prix de poésie 2016

Radio-Canada et CBC, le Conseil des arts du Canada, le magazine Air Canada enRoute et le Banff Centre des arts et de la créativité, ont annoncé aujourd’hui que Charles Sagalane, auteur de la suite poétique Abrégés et mélanges, est le lauréat du Prix de poésie 2016, un des trois Prix de la création Radio-Canada. Son texte a été choisi parmi plus de 700 poèmes inédits reçus en français de partout au pays.

En plus d’un prix en argent de 6 000 $ offert par le Conseil des arts du Canada, Charles Sagalane profitera d’une résidence d’écriture au Banff Centre des arts et de la créativité (Alberta), son texte sera publié dans le magazine Air Canada enRoute ainsi que sur ICI on lit et il sera l’invité de Marie-Louise Arsenault le vendredi 18 novembre à l’émission Plus on est de fous, plus on lit!, diffusée du lundi au vendredi à 13 h sur ICI Radio-Canada Première. Il sera également au Salon du livre de Montréal pour parler de poésie au stand de Radio-Canada avec Jean-Paul Daoust et Webster le vendredi 18 novembre à 19 h 30.

Charles Sagalane est né à Saint-Gédéon-de-Grandmont, au Lac-Saint-Jean et y vit toujours. Il y a fondé une microbrasserie avec son frère et y sème des « bibliothèques de survie », sorte de jeu de géocache pour les lecteurs de passage. Son cinquième recueil de poésie, 73Armoire aux costumes (La Peuplade), a été nourri par des animations littéraires, des résidences et des performances. Il a également publié, toujours dans La Peuplade, 29Carnet des indes (2006), 68Cabinet de curiosités (2009), 51Antichambre de la galerie des peintres (2011) et 47Atelier des saveurs (2013). Il suggère aux lecteurs d’oublier les étiquettes, d’ouvrir les livres quels qu’ils soient, en prenant le risque de goûter, tout comme pour la bière, à des saveurs nouvelles!

EXTRAIT

« Un jour, je fus prêt à tout tenir dans ma main. Pas de genre, ni de talent, pas de texte, l’on s’en doute. Plus on en sait sur vous et moins vous existez. Déclaré petit, je suis devenu bref. Foudroyant, j’ai fait le serment de fondre sous l’intense. Donné ma voix à un nom si fort que parfois je réponds. Six mille fois moi, jamais le même visage. Le tout sous une montagne d’étincelles. Tu ne sais pas l’avenir, mais l’avenir te connaît. »

L’auteur résume son texte ainsi : « ces poèmes sont des abrégés et des mélanges que j’ai composés à partir de mes 44 carnets d’écrivain. La méthode consistait à écrire quand je me sentais dans un certain état de conscience, particulièrement intuitif, ouvert à l’inouï, je dirais. » On peut le lire dans son intégralité sur le site Radio-Canada.ca/icionlit.

Le jury, composé cette année de la poète acadienne Georgette LeBlanc, de l’artiste hip-hop Webster et de Jean-Paul Daoust, le poète en résidence de Plus on est de fous, plus on lit! , a choisi à l’unanimité de récompenser ce texte poétique « qui surprend d’abord par son prologue, qui nous plonge sans prévenir dans une inquiétante étrangeté. Un texte puissant, intelligent qui, en peu de mots, réussit son pari de nous retenir captifs de son intransigeante quête. »

Les quatre autres finalistes reçoivent un prix en argent de 1000 $ offert par le Conseil des arts du Canada. Il s’agit de Catherine D’Anjou pour Dans le corridor, première porte à droit, François Guerrette pour La foudre me hante, Éric LeBlanc pour De ces hommes et Nicolas Lemieux pour Personne n’a trouvé ton mot d’amour caché dans la déchirure d’une banquette de l’ancien Jockey

Du côté anglophone, le lauréat du CBC Poetry Prize est Michael Fraser pour African Canadian in Union Blue. Son texte peut être lu sur CBCBooks.ca.

 

Photo: Sophie-Gagnon Bergeron

Sujets connexes

%d bloggers like this: