Concerts inévitables au festival Bach et avec Musica Camerata de Montréal

Le mois de novembre nous ramène le Festival Bach avec plus de trente-deux concerts dont ceux du jeudi 22 novembre 19h30 présentant La Passion selon Saint Jean de Bach sous Julian Prégardien à l’Église Saint Andrew & Saint Paul, ensuite le 24 novembre 19h30 à la Chapelle Notre Dame du Bon Secours l’irremplaçable claveciniste Luc Beauséjour et sa collection personnelle de clavecins pour nous jouer des œuvres du grand maître et puis sept autres concerts Bach encore selon mon goût : tout d’abord le pianiste Jérémy Denk nous interprétant à la salle Bourgie les Variations Goldberg le mercredi 28 novembre à 19 h30, ensuite le lendemain soir à deux pas de là soit Saint Andrew & Saint Paul Jakub Josef Orlinski un contretenor polonais avec L’harmonie des saisons et Hélène Brunet avec Bach toujours, puis j’ajoute le vendredi soir subséquent 30 novembre 19h30 Salle Bourgie c’est la brillante harpiste Valérie Milot avec des concertos pour harpe, je souligne à gros traits rouges un récital d’alto et piano de Nils Monkemeyer le 3 décembre salle Bourgie 19h30, en encre phosphorescente la splendide messe en si mineur de Bach avec l’OSM bien entendu aussi son chœur à la Maison symphonique les 4 et 5 décembre 19 h30 et à grands coups de trompette les trois derniers du festival et non les moindres soit le 5 décembre simultanément mais salle Bourgie Serge Babayan au piano, enfin le 6 décembre à 18h30 les six suites pour violoncelle seul de Bach sous les doigts de Yo-Yo Ma.

Mais avant tout cela, le samedi 17  novembre 19h30 à la Chapelle historique du Bon Pasteur, deux rarissimes quintettes pour piano et quatuor à cordes: tout d’abord un en sol mineur de Ernst von Donhanyi opus 26 et un autre plus rare encore en mi bémol mineur de Jean Sibelius opus 159. Il existe aussi deux quintettes pour piano et quatuor à cordes de Fauré et un autre de César Franck qui comptent parmi les chefs d’œuvre jamais joués nulle part et je m’en offre par la voix du disque une écoute régulière et répétée… mais c’est hic et nunc maintenant que Musica Camerata nous les offre en direct, rendons-nous y nombreux.
Éminemment… ce jeudi 8 novembre 20 h
Maison symphonique et dimanche en écho c’est le violoniste Blake Pouliot à l’OSM dans le sublime Sibelius. J’ai déjà parlé de Martin Helmchen dans Schumann le 29 novembre, il nous faudra d’ici là absolument trouver le don d’ubiquité… et d’omniscience sinon opérer de douloureux choix.

Sujets connexes

%d bloggers like this: