Dark Funeral & Septicflesh : une soirée au coeur des ténèbres

The following two tabs change content below.

Leslie Anna

Journaliste et auteure d’un premier ouvrage - La beauté au naturel : produits d’ici et d’ailleurs- aux Éditions Vuibert, Leslie évolue dans le journalisme nature et la communication. Tout en restant profondément attachée à sa première passion, elle n’hésite pas à allier son amour pour la musique et son métier.

La soirée à ne pas manquer se déroulait à l’Astral vendredi 9 mars dernier. Dark Funeral & Septicflesh prévoyaient d’annoncer une soirée intense dans les entrailles de l’enfer.

Telle une cérémonie sataniste, Dark Funeral a donné le ton de la soirée. Originaire de Suède, le groupe est incontestablement une référence en matière de Black métal grâce à ses riffs puissants alimentés par les screams de Lord Ahriman, le chanteur. On retiendra ce moment où Lord, saisi d’un martinet, ira fouetter délicatement les fans en bord de scène.

Le concert s’est déroulé à la perfection, mis à part quelques acouphènes créés par le micro aux alentours des enceintes. Toutefois, on aurait aimé plus de mouvements et de décorations sur scène : le groupe, un peu statique, mise tout sur les costumes.

À 22h, c’est au tour du deuxième groupe à l’affiche de monter sur scène sur des bruits d’orage.

Pour sa décoration, Septicflesh quand à lui, a investi sur deux grands panneaux représentant un foetus entouré par des serpents. L’image est puissante et représente le groupe à la perfection. Plus encore, des jets de vapeurs verticaux sont venus soutenir les riffs hachés de la première chanson. Le death métal progressif est additionné par des passages symphoniques ou des mélodies orientales rappelant l’ancienne Égypte.

Le groupe d’origine grecque détient une présence incroyable sur scène, en particulier le chanteur Spiros Antoniou. Sans énormément bouger ou headbanger, son charisme scénique fait naturellement la job.

Le quatuor originaire d’Athènes, a connu des hauts et des bas durant l’ensemble de sa carrière, dont un break en 2003, il était donc plaisant de voir que le public est toujours au rendez-vous et enthousiaste : il l’acclame de toutes ses forces en levant le poing. La soirée a pris fin comme elle a commencé aux alentours de 23H30.

Setlist de Septicflesh :

Portrait of a Headless Man

The Vampire from Nazareth

Martyr

Prototype

Pyramid God

Enemy of Truth

Communion

Prometheus

Persepolis

Dante’s Inferno

Anubis

Dark Art

 

 

par 

Journaliste et auteure d’un premier ouvrage - La beauté au naturel : produits d’ici et d’ailleurs- aux Éditions Vuibert, Leslie évolue dans le journalisme nature et la communication. Tout en restant profondément attachée à sa première passion, elle n’hésite pas à allier son amour pour la musique et son métier.

Sujets connexes

%d bloggers like this: