Défi relevé pour le premier one-man-show de Yves P Pelletier

Le défi que s’est donné Yves P Pelletier de faire son premier one-man-show à 57 ans est bien relevé. Devant une salle remplie d’artistes et d’invités, l’ex-membre de RBO nous a offert un spectacle de 90 minutes bien rempli.

L’artiste a une feuille de route bien remplie, il est donc normal que son premier spectacle solo survole les grands moments de sa vie. Il partage la scène avec des personnages marquants de RBO. Ceux-ci toutefois ne lui font jamais ombrage, ils viennent plutôt appuyer le talent de l’artiste et le message qu’il essaie de faire passer. Yves relate des moments forts de sa vie, son enfance, sa carrière, ses voyages et ses passions.

Il arrive sur scène avec une phrase qui met très bien la table à ce que sera le ton du spectacle. «Je me sens comme Éric Salvail dans un vestiaire, je ne sais pas par quel bout commencer. Si vous vous attendez à de l’humour douteux, vous êtes à la bonne place.» Cependant en aucun moment, l’humour de Yves n’est de mauvais goût. Il égratigne plusieurs personnalités au passage mais sans aucune méchanceté.

C’est avec un plaisir coupable qu’on retrouve des personnages qui nous ont marqués et qui avec le temps n’ont pas pris une seule ride. Stromgol en entrevue avec «Demi Lévesque» qui se veut une marionnette que l’extra-terrestre manipule. Il en est de même pour Capharnaüm dans un numéro hilarant et disjoncté sur la religion et pour Cherze Siachon avec sa gymnastique linguistique qui nous donne un cours de diction. Que dire de monsieur Caron, ce sympathique vieillard que nous attendions avec impatience. Et le clou du spectacle. Le bulletin des sourds, où l’actualité est passée dans le tordeur. Il faut noter que ce bulletin est revu et corrigé quotidiennement puisque des faits divers qui se sont déroulés dans la journée, y avaient été ajoutés.

La mise en scène de Pierre-Michel Tremblay est simple mais tellement efficace. Mais que dire du décor, il est magnifique et se colle bien à la personnalité de l’artiste. Des malles et des coffres de voyages empilés les uns sur les autres. Les costumes sont installés sur scène, il se change devant nous la plupart du temps. Ce qui donne l’impression d’assister à une session privée dans son sous-sol. Dans le décor est intégré un écran circulaire magnifique qui s’adapte par des visuels particuliers à chacun des numéros. L’équipe de Lüz Studio est responsable des décors.

La simplicité et la gentillesse de l’humoriste font en sorte qu’on est captif de son délire et ce, pendant 90 minutes sans entracte. Yves P Pelletier qui se décrit comme une bibitte rare, nous prouve sans l’ombre d’un doute qu’il est un grand artiste et qu’il est très à l’aise dans la formule de stand-up comique.

Il ne faut surtout pas passer sous silence la qualité des textes qui sont bien ficelés et intelligemment écrits par l’artiste.

Moi? d’Yves P Pelletier est présenté au Monument National les 18 et 19 janvier. En supplémentaire le 20 avril 2018. Le spectacle partira ensuite en tournée.

Sujets connexes

%d bloggers like this: