DUBEAU CHANGE DE TEMPO – Entrevue avec une violoniste reine du streaming

Plus de 40 ans après ses premières participations aux tournées des Jeunesses musicales du Canada, Angèle Dubeau tourne une page avec l’album «Ovation» enregistré lors de sa dernière tournée. La violoniste a des projets en tête, notamment avec son ensemble La Pietà, mais sa décision de ne plus faire de tournées est bel et bien entrée en vigueur! «Partir sept à huit mois par année, n’être pratiquement jamais à la maison… Je voulais diminuer, changer de mode de vie. Et là, actuellement, tu vois une femme qui est convaincue! Je sais que j’ai pris la bonne décision et j’apprécie beaucoup le moment présent, car j’ai du temps pour moi. C’est un luxe! J’écoute de la musique à la maison, plutôt que dans des chambres d’hôtels et je choisis des pièces pour mon prochain album.»

 

«Je suis pas mal contente de ce que j’ai fait.»
Non seulement Angèle a beaucoup contribué à intéresser les Québécois à la musique classique dès les années 90 avec, entre autres, l’émission de télévision Faites vos gamme, mais la musicienne a su mieux faire connaître des compositeurs contemporains qu’il s’agisse de Glass, Adams ou Richter. Imaginez, en 2015, son album, «Ludovico Einaudi: Portrait», atteignait, peu de temps après sa parution, un million d’écoutes en «streaming» sur des plateformes comme Spotify.

Unis pour le meilleur et pour le pire
Angèle Dubeau travaille depuis des décennies en étroite collaboration avec son mari François Mario Labbé, fondateur de la maison de disques classiques Analekta, qu’il dirige depuis 1987. Mais voilà qu’en 2013, ils apprenaient être tous les deux atteints d’un cancer ! Heureusement, ils ont été traités à temps. Évoquant ces moments difficiles, Angèle se rappelle avoir dit à la blague à Mario: «je sais qu’on a toujours tout fait ensemble, mais le cancer, ce n’était peut-être pas nécessaire d’en avoir un toi aussi.»

Un premier album live
«Ovation», 43e disque d’Angèle Dubeau, est son premier album live. Il a été enregistré, en novembre 2017, à Québec, dans la salle Raoul-Jobin du Palais Montcalm, avec le réalisateur Carl Talbot. Ceux qui ont suivi la violoniste en concerts ou sur disques retrouveront plusieurs des pièces avec lesquelles elle a tissé des liens durables avec son public (Life de Ludovico Einaudi, extrait de The Mission d’Ennio Morricone, etc.) Chaque pièce est suivie d’applaudissements très nourris qui reflètent l’émotion dans laquelle baignait la tournée Pour une dernière fois.

Ovation / En concert
Angèle Dubeau et La Pietà
Analekta
3 / 5

Sujets connexes

%d bloggers like this: