Et Dieu, pour enluminer Robert Schumann, créa aussi le pianiste Éric LeSage

Au coeur des années 1980, j’étais encore un gamin enthousiaste, je suivais chaque année. chaque ronde des éliminatoires du Concours international de musique de Montréal. C’était jadis tout d’abord gratuit et les demi-finales à la salle Maisonneuve ne coutaient que 2 dollars le billet! Ainsi, à deux reprises) et j’écris ceci de mémoire (il me semble que ce sont les années 1984 et 1988) j’ai entendu Éric LeSage et suis accouru jusqu’à lui chaque fois (et je courais très très vite à l’époque, on ne pouvait pas m’échapper) pour l’encourager à persévérer car j’entendais sous ses doigts un talent poétique immense et j’avais honte de ces jurys d’Europe de l’est qui, Guerre Froide obligeant, faisaient uniquement valoir les machines pianistiques de Russie (sous le vocable URSS), de Bulgarie, de RDA (République démocratique allemande…de l’Est) par un savant échange de bons procédés aux notations douteuses chaque fois revues et recontournées avec des délibérations qui nous faisaient dresser – par leurs résultats-les cheveux sur la tête! Ainsi, j’accourus comme oiseau de bonheur ou messager de la Providence alors envers Éric LeSage éliminé deux fois, formulant dans mon coeur un double souhait (le premier inavouable!) le second étant de pouvoir l’entendre un jour avec orchestre à Montréal.

Mon rêve se réalisa en ce vendredi 21 décembre 2018. La pianiste et soliste Hélène Grimaud étant incommodée ou malade, elle ne nous joua pas, à la Maison Symphonique, le Concerto pour piano et orchestre de Schumann, cette merveille de bonheurs mélodiques, concerto entendu, il y a peu, divinement sous les doigts de Martin Helmchen et l’OSM. Ce fut un orgasme musical inoubliable, ce qui m’a valu une vision de Brigitte Bardot musicale (laissez-moi, ici, le Metoo tranquille svp! Vous connaissez mes inclinations!) en titrant mon article Et Dieu créa Martin Helmchen! Roger Vadim n’a rien à voir là-dedans, mais Yannick Nézet-Séguin qui a Orphée et Apollon à ses trousses de bénédiction d’heureux élu pourra donner la revanche à l’OM et nous faire dire aussi que Dieu, sans aucun doute, donna aussi vie et chaire à Éric LeSage et au chef de l’OM. Son intégrale des oeuvres de piano que j’ai déjà recensée dans nos pages nous avait promis miracle! Le suspense aura été réalisé dès minuit ce soir-là!

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share