Fantasia 2017 : Origami, quand le temps se plie

The following two tabs change content below.
mm

Marie-Pier Malouin-Ducharme

Marie-Pier s’est lancée comme journaliste indépendante après avoir passé plusieurs années sur les bancs d’école à étudier les sciences politiques et les communications. Passionnée par les arts de la scène et le cinéma depuis son tout jeune âge, elle se fait un poing d’honneur de mettre en valeur les artistes d’ici et faire découvrir les talents émergents.

Le 18 juillet dernier, dans le cadre du Festival international de films Fantasia, avait lieu la première du film québécois Origami, réalisé par Patrick Demers. Pour citer ce dernier : « Moins je vous en dis, mieux c’est! », et je suis tout à fait d’accord avec lui. Si je veux vous laisser le plaisir de découvrir les personnages, leurs motivations et les multiples indices parsemés dans le film, je dois tenir ma langue. Je m’en tiendrai donc à une description très sommaire.

François Arnaud (Les grandes chaleurs) campe le rôle de David, un artiste visuel qui se spécialise dans l’art japonais, et il apprend par un mystérieux homme qu’il rencontre lors d’un de ses périples en Asie qu’il a un don pour le voyage temporel. Cette capacité le mènera vers un drame familial inattendu dont il est le seul responsable et dont il voudra changer le cours. Est-ce que sa ligne de temps peut être à nouveau modifiée pour éviter le pire? Est-ce que David a réellement le contrôle de sa destinée? Comme le souligne le titre, Origami plie la trame narrative, créant un pont entre le passé, le présent et les futurs possibles. C’est un film à mi-chemin entre la science-fiction et le drame psychologique.

De plus, la réalisation est exceptionnelle. Patrick Demers réussi à nous faire vivre l’histoire du point de vue du personnage principal. On ne perçoit pas David comme une bébitte étrange. Au contraire, on comprend son raisonnement, on vit l’histoire avec lui. François Arnaud nous prouve aussi une fois de plus qu’il est un acteur de grand talent. La tâche a été d’autant plus difficile pour lui, car il a dû jongler avec les différents espaces temps de chacune des scènes et être en mesure de véhiculer les bonnes émotions en fonction de l’époque dans laquelle le personnage était.

À quand la sortie en salle? Je ne peux même pas vous le dire, car on ne connaît pas encore la date. Le film est tellement récent que le montage a été terminé trois jours avant la projection. Cependant, surveillez bien ce titre! Ça vaut la peine de se déplacer pour le découvrir.

mm

par 

Marie-Pier s’est lancée comme journaliste indépendante après avoir passé plusieurs années sur les bancs d’école à étudier les sciences politiques et les communications. Passionnée par les arts de la scène et le cinéma depuis son tout jeune âge, elle se fait un poing d’honneur de mettre en valeur les artistes d’ici et faire découvrir les talents émergents.

Sujets connexes

%d bloggers like this: