Ferland et ses femmes : «L’une des plus belles soirées de ma vie!»

L’auteur d’«Un peu plus haut, un peu plus loin» a réalisé un rêve, hier soir, à la Place des Arts, en faisant vivre sur scène son album «Toutes les femmes de ma vie». À l’exception de Lara Fabian, Marie-Ève Janvier et Céline Dion, toutes les chanteuses entendues en duos avec Ferland sur ce disque sont venues le rejoindre sur les planches de la Salle Wilfrid-Pelletier, en plus de Florence K et Laurence Jalbert.

Avant même de pousser ses premières notes de la soirée avec l’indémodable «Le Petit roi», entouré de 14 musiciens et choristes, Ferland s’écrie: «9 belles femmes! 9 belles voix de femmes! Merci, mon dieu!» Le ton est donné! Jean-Pierre accueille ses invitées une à une avec chaleur et complicité. Nanette trouve qu’il est convaincant dans Sing Sing, au point de lui demander s’il a déjà fait de la prison. Et Ferland de lui répondre du tac au tac: «Non! Mais j’ai été marié trois fois!» Avec Diane Tell, c’est T’es mon amour, t’es ma maîtresse», puis Jean-Pierre offre sa version de «Si j’étais un homme», en duo avec l’auteure-compositrice de cette célèbre chanson qui aura bientôt 40 ans!

Mais, le temps semble épargner le chanteur de 84 ans, enthousiaste et debout sur scène durant plus d’une heure 45. Bien sûr, la voix est un peu usée et on perd certains mots, mais Ferland se donne à fond: «Avant de m’assagir» et «Les fleurs de macadam» avec Laurence Jalbert, «Le showbusiness» et «Au fond des choses, le soleil emmène au soleil» avec Yama Laurent, «Je reviens chez nous» avec Mélissa Bédard. Julie Anne Saumur livre un «Quand on se donne» bien senti, mais comment éviter les comparaisons avec l’interprétation magistrale de Ginette Reno?

L’orchestre sous la direction d’André Leclair habille merveilleusement plusieurs des plus belles chansons de l’octogénaire. Les cuivres, notamment, font merveille, entre autres dans «Les courtisanes» et «T’es belle». Le beau travail des interprètes est, cependant, souvent gâché par un micro mal calibré. Ce fut malheureusement le cas pour Isabelle Boulay et Luce Dufault, mais ça ne les a pas empêchées de nous servir quelques-uns des meilleurs moments de la soirée dont «La musique» (avec Luce) et «Je ne veux pas dormir ce soir» (avec Isabelle).

Ferland y va seul pour «Une chance qu’on s’a», soulignant que même les Hells Angels aiment ce refrain. Il termine avec «Un peu plus haut» qu’il va devoir recommencer trois fois. Blagueur, il arrête l’orchestre pour raconter que lorsque René Angelil lui avait demandé d’interpréter cette chanson avec Ginette et Céline sur les plaines d’Abraham, il avait d’abord répondu: «j’vais y penser. Mais, René a ajouté: je t’offre 100,000$. Alors j’ai dit, après réflexion, j’accepte». Toutes ses invitées viennent ensuite chanter avec lui «Je veux aller encore plus loin Peut-être bien qu’un peu plus haut, Je trouverai d’autres chemins C’est beau! C’est beau!»  Vous avez devant vous les meilleures chanteuses du Québec», s’exclame Ferland, avant de conclure: «Je pense que c’est l’une des plus belles soirées de toute ma vie !»

Geneviève Leclerc

En première partie, Geneviève Leclerc a offert une solide mais courte prestation de 5 chansons dont «Big Spender» et une audacieuse version de «J’attendrai». Après avoir remercié Ferland de lui offrir cette opportunité rêvée de chanter à la Place des arts, la Gatinoise termine son numéro avec «Je suis malade» qui lui avait permis de se distinguer à «La Voix», en 2016.

Toutes les femmes de ma vie

Jean-Pierre Ferland avec: Mélissa Bédard, Isabelle Boulay, Luce Dufault, Laurence Jalbert, Florence K, Yama Laurent, Julie Anne Saumur et Nanette Workman

Salle Wilfrid-Pelletier, 6 février 2019

Centre Vidéotron, 9 février 2019

 

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share