Festival des arts de Saint-Sauveur : Grand art et grand air

De tous les festivals organisés à Montréal et aux alentours, celui qui vient de clôturer sa 27e édition à Saint-Sauveur offre sans doute une proposition unique dans la région. Non seulement le Festival des arts de Saint-Sauveur est axé sur la danse, ce qui est franchement rare en été, mais il réussit à présenter des spectacles de haut niveau, avec des invités de marque, dans une ambiance décontractée. Par exemple, cet été, le FASS s’est offert, pour la première fois, Roméo et Juliette, en version intégrale, chorégraphié par Edwaard Liang et interprété par la compagnie américaine BalletMet.

Cela dit, la programmation du FASS comporte, année après année, de fabuleuses Soirées des étoiles avec des danseurs choisis par le directeur artistique Guillaume Côté. Ces spectacles qui ravissent les connaisseurs, sont des moments à ne pas manquer pour ceux qui souhaitent s’initier au ballet. Par exemple, dans la seule soirée de samedi dernier, on a eu droit au Pas de deux du balcon de Roméo et Juliette sur la musique de Prokofiev, sans oublier le Pas de deux de Rubis (Stravinsky) chorégraphié par Balanchine. On ne se limite pas à un style ou à une époque. C’est ainsi qu’on découvre Nuages, chorégraphie de Kylián sur une musique de Debussy et qu’on renoue avec Petipa, Coralli et Perrot dans le Pas de deux de l’acte II du célèbre ballet Giselle. Pour l’occasion, les danseurs invités sont des membres des Grands ballets canadiens, du Théâtre Mariinsky, du Ballet national du Canada et du New York city ballet.

Seul bémol digne de mention: le son! Plusieurs des enregistrements musicaux de cette soirée agressait vraiment l’oreille, entre autres le Stravinsky. Il faudrait porter attention à la qualité sonore car le plaisir de voir danser repose en partie sur la beauté de la musique.

Prophète en son pays ?
En plus de concocter des spectacles de grande qualité, Côté sait mettre son monde à l’aise. En présentant brièvement le programme de la soirée, il annonce qu’il va lui-même danser un numéro avec sa conjointe Heather Ogden, ainsi qu’un solo très énergique sur un extrait des Quatre saisons de Vivaldi. Passionné, Côté se livre à des entretiens avec ses invités, après le spectacle, dans un espace aménagé derrière le grand chapiteau. On en apprend alors que le parcours des danseurs, la démarche artistique des chorégraphes; le public peut aussi poser des questions. Voilà, il me semble, une invitation à la découverte qui est sensée être inhérente à l’esprit d’un festival.

De toute évidence, Côté aime ce festival et le public le lui rend bien. C’était complet samedi dernier! L’artiste qui a quitté son Lac-Saint-Jean natal alors qu’il n’avait que 11 ans pour aller étudier la danse à Toronto avant d’intégrer le Ballet national du Canada demeure encore moins connu chez nous qu’ailleurs au pays, mais peut-être pas pour longtemps. Ses talents de danseurs et de communicateurs méritent pleinement notre attention.

Alors, l’été prochain, si vous décidez de troquer la ville pour l’air plus frais de Saint-Sauveur, allez faire un tour au FASS. Un merveilleux artiste de chez nous que nous connaissons encore trop peu nous y donne rendez-vous.

 

FB: https://www.facebook.com/FestivalDesArtsDeStSauveur/

Sujets connexes

%d bloggers like this: