Festival des Films de l’Asie du Sud de Montréal vendredi 4 novembre – dimanche 6 novembre

Le Centre Kabir pour les Arts & la Culture est heureux d’annoncer la 6ème édition du Festival des Films de l’Asie du Sud de Montréal (FFASMontréal), présenté en collaboration avec l’École Mel Hoppenheim du Cinéma de l’Université Concordia du 4 au 6 novembre. Ce festival novateur, en nous présentant un choix éclectique des films divertissants et stimulants venant des pays du sous-continent indien (l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, le Népal, Sri Lanka et les Maldives), nous fait réaliser aussi combien il y a de commun entre les cultures sud-asiatiques et occidentales. Chaque visionnement est suivi de discussions entre les spectateurs et un panel d’experts. Admission sans frais, dons grandement appréciés.

Le festival présentera cette année dix-sept films en tout – des long-métrages et des courts-métrages, des documentaires et des histoires fictives. Tous les films sont sous-titrés en anglais et expliqués en français, les langues des films étant Ourdou, Hindi, Tamoul, Marathi, Malayalam, Bengali et Anglais. Il y même des films muets et les films sont accessibles pour tout le monde. Ces films ont été choisis parmi plus de 1000 soumis par les producteurs et pour certains films, les réalisateurs seront présents ou communiqueront vis Skype. Les films sont récents et ont gagné des prix importants lors des festivals internationaux. Comme dans les années passées, ces films viennent des régions différentes du sous-continent indien, qui est le producteur le plus important des films sur notre planète.

Selon Dushyant Yajnik, le directeur du FFASMontréal, « Ce sont des histoires fictives et des documentaires reliés à la condition humaine dans toute sa complexité. En prime, si vous assistez à toutes les présentations du weekend, vous aurez fait une visite virtuelle de l’Asie du sud, ses peuples et ses langues. Voir tous ses films, c’est faire un voyage à Lahore et Karachi au Pakistan, puis vers le sud à Mumbai, Goa, Kerala et Tamil Nadu, vers le nord à l’Inde centrale et Delhi et vers l’est au Bengale et Bangladesh…même une visite à Parc-Extension de Montréal ».

Le festival commence avec le premier film ‘copines’ jamais fait en Inde Angry Indian Goddesses (Les Déesses Indiennes en Colère) de Pan Nalin (également le réalisateur du film iconique Samsara). C’est une description réaliste des femmes urbaines en Inde et selon Pan Nalin, le film traite les questions brulantes du sexisme et égalité des femmes. Il dit, « Ce que nous avons vu dans les milieux urbains de l’Inde, comment les femmes s’unissent et se battent dans certaines situations, cela n’a jamais servi de moyens pour faire le cinéma…le processus entier de la réalisation du film, constituait pour moi, une prise de conscience quotidienne. ». Par contre, le film fait ici à Montréal par Garry Beitel, Cricket & Parc-Ex: une histoire d’amour est en anglais et français avec la musique de Socalled.

Voici les mots de TK Raghunathan, le président du Centre Kabir, « L’objectif du centre est de présenter le meilleur de musique savante et de danses traditionnelles comme l’art pur, mais lorsqu’il s’agit du festival des films, le centre axera sa présentation non seulement sur les valeurs artistiques mais aussi sur les thèmes qui touchent la vie quotidienne des peuples de l’Asie du Sud. Il est donc tout à fait normal de voir des films qui parlent de l’égalité des sexes, du déséquilibre économique, du régime de castes, de la pauvreté infantile et autres».

Projection ses films extraordinaires de l’Inde, de Pakistan, de Bangladesh et du Canada

Please follow and like us:
mm

Written by 

Sujets connexes

Vous aimez? Partagez!

%d bloggers like this: