Forever gentlemen : une cure de bonheur

Le spectacle Forever gentlemen faisait un arrêt à Montréal au Théâtre Saint-Denis devant un public très babyboomer avide de prendre un bain de jouvence en compagnie de Corneille, Garou et Roch Voisine.

 

La vue de ces trois belles créatures masculines en smoking vaut à elle seule le déplacement. Le joyeux divertissement dans la pure tradition américaine du showbiz, s’entend les chansons du great american songbook, d’Aznavour, l’humour entre les boys, la séduction, la désinvolture bien calculée, la claquette, le whisky, le Big Band avec ses cuivres à droite, étaient au rendez-vous. Et l’effet magique que la chanson Fly me to the moon provoque aussi…

Accompagné d’une douzaine de musiciens, le trio a ajouté la sémillante Marie-Eve Janvier à son projet. La voix qu’on lui connaît est très jolie, et elle arbore le look des vedettes de cinéma de l’âge d’or d’Hollywood, coiffée à la Ava Gardner, ses cheveux longs sont d’un noir jais pur. Il ne lui manque que les gants longs et le fume-cigarette pour dame pour compléter sa robe rouge écarlate longue. Parlant Ava Gardner, elle a été une des épouses de Frank Sinatra qui aurait eu 100 ans cette année, leader du Rat Pack qui comptait aussi Dean Martin et Sammy Davis Jr dans ses rangs (mais aussi Joey Bishop et Peter Lawford), qui est l’inspiration de ce généreux spectacle.

Une trentaine de chansons prendront l’affiche pendant près de deux heures plus l’entracte. Garou incarne naturellement le mauvais garçon, Roch Voisine, le sage romantique et Corneille le galant discret: tous les trois par leur voix et leur jeu savent cependant séduire à leur façon, de là Forever gentlemen.

Ils s’approprieront des titres gravés dans nos mémoires collectives: Ain’t That A Kick In The Head du premier film Ocean’s Eleven, Route 66, La belle vie de Sacha Distel, Feeling Good, Love is all that I can give, I’ve got a crush on you, la merveilleuse I’ve got you under my skin et La mer de Trenet. Charles Aznavour aura une place de choix avec quatre de ses grandes chansons, Je m’voyais déjà, Formidable, Mes emmerdes et La Bohème.

Les oh! et les ah! fuseront du public quand Robert Charlebois fera son apparition soudaine au piano et parlera des origines de la chanson et chantera Can’t help falling in love with you que Presley a popularisé. Mais aussi quand l’exceptionnelle Véronic Dicaire s’avancera sur scène pour ne faire qu’une bouchée de The lady is a tramp entourée des trois gaillards.

Smile, I’m in Heaven, Et maintenant de Bécaud, Come fly with me, New York, New York, Misty, It’s impossible, Que reste-t-il de nos amours, My way et quelques autres chansons du grand répertoire ont trouvé leur chemin dans ce spectacle.

Forever gentlemen a sa part de merveilleux car pendant quelques heures il nous fait oublier nos soucis et ouvre nos coeurs sur une époque où tous les espoirs étaient permis. En fait, ce spectacle s’adresse aux gens de tous les âges parce qu’il est le miroir de temps révolus certes, mais qui fait appel au meilleur de l’être humain et du American Dream, qui n’existe plus. 

Forever gentlemen se poursuit à travers le Québec jusqu’au 15 juin.

https://forevergentlemen.com/tournee/

 

Photos ©Vincent Azais

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share