Francofolies de Montréal: Brel symphonique, un concert inoubliable

Suite à trois représentations à guichet fermé, Brel symphonique était de retour pour deux supplémentaires les 15 et 16 juin dans le cadre des Francofolies de Montréal. Présenté à la Maison symphonique de Montréal, les chanteuses et chanteurs invités étaient accompagnés par l’OSM et dirigés par Simon Leclerc.  Un spectacle qui a rassemblé la crème des interprètes.

Le concert d’une durée de deux heures avec entracte s’est ouvert sur une musique composée par Simon Leclerc pour l’OSM.  Le chef s’est ensuite adressé au public, avec un brin d’humour ne promettant que des bonbons.  « Si vous ne savez pas ce dont je parle, faites vérifier votre billet par quelqu’un, car vous n’êtes pas au bon spectacle ».

La première invitée a été Bïa qui chantera, J’arrive et Amsterdam. Avec l’interprétation mémorable de cette dernière chanson, Bïa plaçait la barre haute pour les invités à venir. Pierre Flynn a suivi avec les pièces Le plat pays et La bière. Ce dernier a cherché une connexion spirituelle avec Brel depuis longtemps, avec la chanson La Bière il l’a trouvée.

Ensuite Catherine Major a poursuivi avec les chansons, Au suivant et Ne me quitte pas. Catherine Major s’investit tellement dans ses interprétations que les chansons prennent vie.  C’est un pur délice de l’écouter.

Danielle Oddera quant à elle interprètera Fils de et La valse à mille temps qui lui vaudra une ovation debout. Elle a également lu la dernière lettre que Brel a écrite avant sa mort, à sa sœur Clairette. Cette dernière avait la célèbre boîte à chansons Chez Clairette et Brel avait l’habitude d’y aller après ses spectacles à la Comédie Canadienne (aujourd’hui le TNM).  Les deux se sont liés d’amitié au fil du temps.

Brel a écrit une chanson pour Petula Clark intitulé Un enfant, c’est Luc De Larochellière qui aura la lourde tâche de l’interpréter et surtout de chanter après Danielle Oddera.  Il continuera le spectacle avec la pièce Mathilde.

Le dernier invité avant l’entracte et non le moindre, Bruno Pelletier livrera les pièces Quand maman reviendra et La chanson des vieux amants.

Après un entracte de vingt minutes, Paul Piché entre en scène avec les chansons Le Moribond et Jaures.  Andrea Lindsay remplaçant Marie-Élaine Thibert, interprètera les chansons Quand on a que l’amour et Remparts de Varsovie. Elle confie aux spectateurs qu’il y a beaucoup de beaux mots, en français, dans les chansons de Brel. Son lutrin lui sera très utile pour ce spectacle.  Qu’elle ait besoin des partitions ou non, cela n’affecte en rien la qualité de ses interprétations grandioses.

Ensuite, Diane Tell est venu interpréter Voir un ami pleurer et Jeff. Le dernier invité de la soirée, Marc Hervieux démontrera des talents de comédien en plus de ses talents de chanteur lors de l’interprétation de la chanson Les bonbons. La chanson La quête est probablement la seule que Brel a interprété sans l’avoir écrite. Celui procurera à Marc Hervieux la deuxième ovation de la soirée.

Toutes les filles reviendront sur scène afin de livrer la chanson Les cœurs Tendres. Quant aux garçons, ils reviendront pour la chanson Les Bourgeois.

Tous les spectateurs démontreront à quel point, ils apprécient et sont comblées par les prestations des artistes.  À chacune des chansons, ils applaudissent et les exclamations fusent de toutes parts.

Les interprétations de tous les artistes participant au spectacle sont incroyables.  L’intensité avec laquelle ils livrent les chansons est tout-à-fait exceptionnelle.  C’est un spectacle mémorable et magique.  À l’origine en 2012, le spectacle sur Brel devait avoir lieu une seule fois.  Il a maintenant été joué 35 fois.

Les Francofolies ont pris fin dimanche 17 juin. Le 4 juillet, l’OSM jouera au Parc Sorbonne de Brossard, le 7 juillet au Festival de Lanaudière : Soir de première à Amphithéâtre Fernand-Lindsay et le 10 juillet, l’OSM au Parc Jarry de Montréal.

Photos: Sébastien Jetté

 

 

 

Sujets connexes

%d bloggers like this: