Jean Dit: Jurez-vous de dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité

Reconnu pour ses textes et ses mises en scène habiles et mordantes, Olivier Choinière occupe le paysage théâtral québécois depuis une vingtaine d’années. Il questionne tout ce qui touche la représentation théâtrale, particulièrement la place qu’occupe le spectateur, et tente de bousculer le théâtre et ses conventions. Dans Jean dit, il s’attaque à la soif de vérité qu’un groupe d’individus érige en modèle absolu dans une société gangrénée par le mensonge. Avec 12 comédiens et un band death métal sur scène, Jean dit promettait de créer un électrochoc.

Crédit photo : Valérie Remise

N’étant pas un grand consommateur de pièce de théâtre, la pièce Jean Dit m’a interpellé grâce à la musique death métal de Jean Death qui accompagne les 12 interprètes sur scène, vue la première médiatique, quelques journalistes s’étaient déplacés et de nombreux adeptes de la scène métal québécoise étaient présents aussi.

Divisée en deux parties, la salle laissait place à une fausse pour les 4 musiciens, Sébastien Croteau au chant, Mathieu Bérubé à la guitare, Dominic Forest-Lapointe à la basse et Étienne Gallo à la batterie. Des escaliers bordaient chaque côté de la scène et 3 écrans géants projetaient les lieux de l’action, une chambre, un escalier, un bureau, les tropiques et plusieurs autres. Au plafond étaient fixés un cœur et autre partie du corps humain. À l’entrée, on distribuait des bouchons d’oreilles pour les non-initiés au death métal.

Jean Dit est basé sur le jeu du même nom, quand la personne dit Jean Dit il faut exécuter ce qu’il dit. La pièce commence avec deux personnages auquel s’ajoute progressivement la distribution tout en jouant au jeu. Le tout repose sur le mensonge que chaque personnage cache en soi. Dès que la personne dit la vérité, le groupe nous pousse quelques notes et des cris d’outre-tombe et les comédiens en profitent pour faire un peu de ‘’headbanging’’ dignes d’un show métal pendant ce temps. Tout prendre l’allure d’une secte car aussitôt après avoir joué à Jean Dit, la personne change du tout au tout. Jean dit est un regard éclairant sur notre société sur plusieurs points en passant de l’itinérance, à la monoparentalité, à la trahison entre amies. Rires en salle ont fusé tout au long de la soirée. La lumière étant ouverte toute la soirée, le choix était risqué d’incorporer un groupe death métal a été judicieux pour exprimer toute la rage intérieure des personnages.

Ce fut un bon moment passé au Théâtre d’aujourd’hui et il faut être ouvert d’esprit pour assister à cette rencontre théâtrale et musique extrême.

Le tout fut d’une durée de 1 heure 50 minutes sans entractes.

Texte et mise en scène Olivier Choinière. Interprétation Leo Argüello, Sylvie De Morais-Nogueira, Sébastien Dodge, Lévi Doré, Éric Forget, Émilie Gilbert, Johanne Haberlin, Noémie Leduc-Vaudry, Didier Lucien, Sébastien Rajotte, Julie Tamiko Manning, Lesly Velázquez

Voici un lien pour se procurer des billets pour les représentations du 20 février au 20 mars.

https://www.theatredaujourdhui.qc.ca/jeandit?gclid=EAIaIQobChMIk9qNi5q32QIVwkSGCh3WOAxhEAAYASAAEgIhdPD_BwE

mm

Written by 

Grand connaisseur de la scène heavy metal, Sébastien a cet oeil de lynx affuté qui lui permet de capturer avec sa caméra des photos exceptionnelles des artistes qu'il aperçoit sur scène et de décrire avec justesse leurs performances. Éditeur-adjoint au webmagazine Les ArtsZé

Sujets connexes

%d bloggers like this: