Jean-Michel Dubé et Rosemarie Duval-Laplante entament une tournée intitulée: Le piano des Mathieu

The following two tabs change content below.
mm

Eric Sabourin

Professeur de littérature française et québécoise, Éric Sabourin a été reporter à CKAC, correspondant de Radio-France Outremer à Montréal, envoyé spécial des stations radiophoniques de Télémédia aux premières élections démocratiques dans le bloc de l'Est à la chute du mur de Berlin, enfin reporter à la première crise du Golfe persique, puis chroniqueur et enfin critique littéraire au cahier Livre du journal Le Devoir jusqu'en 2001.

Mercredi soir le 3 octobre, à la salle Joseph Rouleau des Jeunesses Musicales rue
Mont-Royal, le lauréat du Premier Prix au Tremplin du Concours de musique du Canada
2017, Jean-Michel Dubé et son épouse Rosemarie Duval-Laplante (elle est la fille du
sublime baryton Bruno Laplante qui nous a laissé tant d’enregistrements magnifiques
de Chausson, Fauré, Massenet, Hahn enfin toute la mélodie française) nous ont tous
deux donné un récital de piano solo et de piano quatre mains autour de la thématique
intitulée Le piano des Mathieu.

C’est un beau programme de musique fort diversifiée et divertissante qui fait suite
à la redécouverte de la musique d’André Mathieu (via l’enflammé Alain Lefèvre et la
biographie signée George Nicholson) et de celle de son père Rodolphe. L’histoire biographique
est un format de concert idéal: grâce à un choix d’oeuvres instructives puisqu’elles
informent sur l’âge et l’époque de leur création tout en les situant dans le cadre
de la production pianistique mondiale, ce format de spectacle permet de relativiser
la valeur réelle de nos compositeurs car des oeuvres d’autres compositeurs français
(Debussy, Fauré, Poulenc) ou américains ou russes immigrés aux USA (Gershwin, Scriabine
et Rachmaninoff) brossent un portrait plus large de la création alors moderne et
surtout ces échantillons mettent en évidence les audaces harmoniques qui étaient
usitées en musique classique. La présentation de la triste vie du jeune prodige
québécois André Mathieu, génie si mmalchanceux et tombé dans l’oubli jusqu’à tout
récemment, opère un peu en parallèle d’allusions conventionnelles à Mozart enfant,
mais en réalité on n’est pas du tout honnête d’user de cet étalon. Mozart est sans
équivalent dans toute l’histoire de la musique universelle, même Schubert ni même Chopin,
morts tout jeunes et absolument prodigieux dès leur plus tendre enfance, ne pouvaient
pas être rationnellement comparés au fils de Léopold Mozart. Alors réjouissons-nous
de ce que André Mathieu nous ait laissé une oeuvre pianistique qui tient sur deux
disques compacts récemment enregistrés par Jean-Michel Dubé. Appécions cette initiative
artistique louable, sur le pan musical: elle permettra de rappeler ce sordide destin mais surtout de
faire valoir les qualités d’interprètes des deux jeunes pianistes si bien agencés
qui forment un couple radieux sur scène tout comme dans la vie quotidienne ce qui
joint l’utile à l’agréable. Pour tout projet additionnel de carrière musicale, cette
formule Vie de compositeurs narrés et joués en duo est parfaite et un moyen de
partage en présence mutuelle par lequel ils se transporteront partout: cette
fois-ci, c’est la musique de piano des Mathieu qui sera diffusée en province au fil
d’une tournée les conduisant dans 11 villes plus ou moins rapprochées de nous parmi
lesquelles on retrouve Sept-Îles, Baie-Comeau, Port-Cartier, Val d’Or, Amos,
Rouyn-Noranda, Prescott et Toronto. La voix chantante, accentuée des inflexions
saguenéennes séduisantes de madame Duval-Laplante de même que son entregent feront
passer une agréable soirée aux mélomanes enthousiastes de notre belle province et
des contrées canadiennes avoisinantes. L’enthousiasme indéniable de Jean-Michel Dubé
qui se dit passionné de la musique d’André Mathieu est en jonction parfaite pour
rendre ce projet fructueux qui, en définitive, ne pourra qu’être bien reçu.



	
mm

Written by 

Professeur de littérature française et québécoise, Éric Sabourin a été reporter à CKAC, correspondant de Radio-France Outremer à Montréal, envoyé spécial des stations radiophoniques de Télémédia aux premières élections démocratiques dans le bloc de l'Est à la chute du mur de Berlin, enfin reporter à la première crise du Golfe persique, puis chroniqueur et enfin critique littéraire au cahier Livre du journal Le Devoir jusqu'en 2001.

Sujets connexes

%d bloggers like this: