La pièce «Indecent» au Centre Segal: un hommage mérité aux artistes du théâtre

Le Centre Segal présente la première montréalaise de «Indecent», un véritable hommage aux artistes qui se sont battus pour le droit de faire du théâtre.  Écrite par Paula Vogel, cette histoire vraie raconte la passion et l’amour d’une troupe qui s’est battue pour jouer une pièce Yiddish bien connue, «God of Vengeance» de Sholem Asch dont le contenu était audacieux pour l’époque.  Cette oeuvre moderne jette un regard sur le passé et réussit à nous intéresser par la qualité de son texte.  Des chansons et des danses folkloriques font parties intégrantes de l’histoire.  «Indecent» est une des pièces les plus jouées et a même gagné 2 prix Tony à Broadway en 2017.  Cette production du Segal est à voir d’ici le 19 mai pour sa mise en scène ingénieuse et pour ses dix interprètes qui donnent vie à 47 personnages.

Mark Uhre (auteur)

Le spectacle débute en 1906 avec l’arrivée des esprits qui représentent la troupe et l’auteur Sholem Asch qui présente sa première pièce «God of Vengeance» en lecture privée.  Avec des extraits de la pièce originale, on comprend rapidement que les sujets sont provocants pour l’époque: la fille d’un propriétaire de maison close tombe amoureuse d’une des prostituées de son père.  Néanmoins, il remporte un grand succès sur les scènes d’Europe et sur la scène théâtrale Yiddish du centre-ville de New York. Mais quand une traduction en anglais est tentée à Broadway, la pièce (mettant en vedette le premier baiser entre femmes sur une scène de Broadway) se révèle scandaleuse pour le grand public et toute la troupe est arrêtée et accusée d’obscénité.  La magie et l’espoir du théâtre, même face aux plus grandes adversités, réussit à triompher à la fin.

Cette pièce est vraiment un cadeau pour son histoire et sa culture, mais aussi par sa modernité et son introspection sur l’art de faire du théâtre.  Le spectateur y trouve son compte de plusieurs façons. Premièrement pour en apprendre plus sur un pan de l’histoire du théâtre, autant sur l’art Yiddish mais aussi sur la lutte contre les moeurs, la moralité et la liberté de parole.  On peut facilement tracer un parallèle avec la lutte du théâtre Québécois contre la censure de la religion catholique d’avant notre révolution tranquille des années 60.  Pour faire plus vrai, quelques échanges sont en Yiddish mais les sur-titres projetés nous aident à suivre les dialogues.  J’avoue que ce sont plutôt les différents accents qui m’ont donné un peu de difficulté à comprendre quelques fois.

Cara Krisman et Julia Juhas

Les dix interprètes sont magnifiques. Il donnent vie à 47 personnages, tous aussi convaincants les uns que les autres.  L’auteur, joué par Mark Uhre, est énergique et emballé par sa pièce mais qui évoluera au fil des années.  On adore le Stage Manager Lemml, Ryan Bommarito, pour sa passion et son amour du théâtre du début à la fin.  Julia Juhas et Cara Krisman nous donnent de bons numéros musicaux et se donnent pleinement dans une scène finale impressionnante et touchante sous la pluie.  Les autres ne sont pas en reste, particulièrement les trois musiciens qui animent plusieurs personnages eux aussi.

La mise en scène de Lisa Rubin réussit à doser parfaitement le drame qui se joue devant nous avec des moments tendres et émouvants, tout en montrant l’oeuvre dans un visuel plutôt cinématographique.  Quelques touches d’humour, même si on rit jaune parfois, permettent de ne pas tomber dans le mélodrame.  Sans compter les multiples numéros musicaux divertissants, comme celui dans un bar de Berlin ou la chorégraphie avec les valises.  Dans ce contexte, je dois souligner le look visuel donné par les décors et les éclairages qui donnent vie à cette mise en scène.

Même si le Centre Segal l’annonce comme une pièce, c’est aussi du théâtre musical dans le vrai sens du terme car il utilise des chansons et des chorégraphies. D’une durée de 1h45 sans entracte, cette pièce est émouvante et plaira à tous les amoureux du théâtre et à ceux qui aiment l’histoire tout en se divertissant.

«Indecent»

Équipe de création
Mise en scène: Lisa Rubin
Direction musicale: Nick Burgess
Chorégraphie: Ray Hogg
Décors: Brian Dudkiewicz
Costumes: Louise Bourret
Éclairages: Claude Accolas
Sonorisation: Peter Balov
Projections: VideoCompany

Distribution
Ryan Bommarito (Lemml), Cara Krisman (Chana), Mark Uhre (Avram), Julia Juhas (Halina), Dov Mickelson (Mendel), Felicia Shulman (Vera), Sam Stein (Otto), Brigitte Dajczer (Violon), Gabriel Paquin-Buki (Clarinette), Sergiu Popa (Accordéon).

Présenté en anglais du 28 avril au 19 mai 2019 au Centre Segal des Arts de la Scène (5170 Côte-Ste-Catherine, Montréal).

Billets (67$/rabais pour étudiants, ainés et moins de 30 ans) disponibles sur http://www.centresegal.org/ ou au 514-739-7944.

Photos:  Andree Lanthier

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share