La totale pour le «Freak de Montréal»

Véritable roi de la contre-culture au Québec depuis des décennies, Lucien Francoeur célébrait ses 70 ans, vendredi soir, dans le cadre du Coup de coeur francophone. En plus de livrer les succès d’Aut’Chose avec une ferveur inaltérée (Hey you woman, Nancy Beaudoin, J’t’aime pis j’t’en veux, etc.), «le rocker sanctifié» a reçu la visite de nombreux amis sur scène dont Yann Perreau et Michel Faubert qui a repris «Blue jeans sur la plage». Ajoutons à cela que des membres des groupes Voïvod, Groovy Aardvark et Grimskunk ont fait grimper les décibels de sorte que les Foufounes électriques méritaient bien leur qualificatif!

«Maintenant, j’suis gros, alors vous en avez deux pour le prix d’un» a lancé Francoeur, toujours enclin à l’autodérision, en faisant le voeu de vivre encore 30 ans! Dans cette salle remplie à craquer de fans survoltés, Lucien a demandé le silence pour qu’on entende bien les mots de Monsieur l’indien, un texte de son ami Claude Péloquin hospitalisé.
De bière en shooter, etc., Francoeur a fini par s’asseoir, puis se coucher sur scène, sans cesser pour autant de scander «Le rap à qui? Le rap à quoi?» en parfaite symbiose avec ses disciples qui, toutes générations confondues, répondaient d’une même voix tonitruante: «Le rap à Billy!» Pur bonheur! Une soirée d’amitié, de poésie et de rock comme on n’en voit plus.
À inscrire dans les annales de la chanson québécoise!
mm

Written by 

Marc-Yvan Coulombe fait carrière en journalisme depuis une trentaine d’années dont près de 20 ans à CKAC, puis 9 ans à la salle des nouvelles de TVA. Son intérêt pour le domaine culturel l’a amené à voir des centaines de spectacles et à signer des reportages ici et à l’étranger, notamment, pour la première de Notre-Dame de Paris à Las Vegas et à Londres, ainsi que pour de nombreux spectacles du Cirque du soleil aux États-Unis et un concert historique de l’OSM au Carnegie Hall, en présence du célèbre compositeur grec Mikis Theodorakis. Le journaliste a aussi écrit plusieurs livres aux Éditions Québecor dont Les divas du Québec, publié des deux côtés de l’Atlantique et Oser la bonté, traduit en plusieurs langues. Passionné de musique, Marc-Yvan s’est construit l’une des plus imposantes collections privées de disques au Québec. En plus d’alimenter une chronique de disques dans notre magazine, où il réalise aussi des entrevues à la caméra avec des artistes de différents horizons, monsieur Coulombe est maintenant le directeur de l’information des ArtsZé.

Sujets connexes