La vraie nature de Jean-Philippe Dion

J’ai fait une entrevue avec le sympathique Jean-Philippe Dion. L’animateur, au sourire contagieux, qui ne semble avoir que des qualités, mais il me rassure d’entrée de jeu en me confirmant qu’il a aussi comme tout le monde des défauts. Il se dit intransigeant et manquer de patience et ce, surtout envers l’incompétence.

À la barre de La vraie Nature à TVA, émission de télévision qui dès sa première saison a conquis le cœur des téléspectateurs et a permis à l’équipe de remporter deux prix Gémeaux. l’animateur . a bien voulu répondre à nos questions.

Quelle est la vraie nature de Jean-Philippe Dion ?
Ma vraie nature est ce qu’on voit en onde. J’aime prendre soin du monde. J’aime que les gens se sentent bien en ma compagnie.

On le voit d’ailleurs très bien dans l’émission, les gens sont bien en ta compagnie et se livrent facilement. La force de l’émission est de réunir des célébrités qui au premier abord ne semblent rien avoir en commun.  Comment sont sélectionnées les personnalités qui participent à l’émission ?
Ce n’est pas évident. J’y vais avec mon instinct. Les membres de l’équipe, à la recherche et au contenu, nous proposent des choses. Ensuite, on fait nos choix. L’important pour moi est que tous soient heureux ensemble. On s’assure qu’ils aient des points en commun. À la base, on ne veut pas des gens qui ne s’entendraient pas bien.

Est-ce qu’il vous est arrivé, d’avoir des tensions avec certaines personnalités ?
Non, jamais.

Quelle est le moment le plus marquant de cette nouvelle saison de l’émission ?
L’émission avec José Gaudet, Guylaine Tanguay et Sylvie Fréchette est celle qui m’a le plus chamboulé. Ils se sont livrés comme des livres ouverts. Ils sont allés très loin dans les confidences dont certaines m’ont vraiment troublé. Guylaine Tanguay parle de son enfance, José Gaudet de la relation avec son père. Des confidences qui m’ont touché et qui m’ont porté à réfléchir sur ma propre enfance.

Une autre émission cette saison-ci qui va vraiment toucher les gens est celle avec Sonia Vachon, Corneille et Jean-Marc Généreux. Trois personnes avec des feuilles de route pas simples, remplies d’obstacles et des moments de la vie difficiles qui se sont vraiment livrés avec beaucoup de vérité.

Est-ce que les rencontres vont comme vous l’espériez ?
Ça va pas comme prévu et c’est beaucoup mieux ainsi. Ça donne droit à de beaux moments de télévision. C’est sûr, que je dois suivre une ligne directrice. Dans la grange, on installe une ambiance et on ne demande qu’à être surpris, être touchés. Donc ça prend un peu des deux, un certain contrôle mais une bonne part de laisser aller aussi.

Peux-tu nous parler d’un moment qui t’as particulièrement touché ?
Il est très rare que je sois ému par des moments parce que je veux garder un certain contrôle. Mais avec Sonia Vachon, j’ai pleuré de joie avec elle. Parce qu’on a retrouvé une cassette où Denise Filiatrault lui laisse un message sur un répondeur lui annonçant qu’elle venait de décrocher son premier grand rôle au théâtre. Ce qui a changé sa vie. Parce qu’à cette époque Sonia était en grande remise en question et se demandait si elle ferait ce métier-là un jour. Tout le monde a été très « empathique » face à son histoire. On a tous vécu des émotions de joie.

Il y a aussi François Bellefeuille l’an dernier lorsqu’il a parlé de la santé mentale avec son père. Ça m’a vraiment touché beaucoup.

As-tu des regrets, face à certaines entrevues ?
Bien sûr que j’ai plein de regrets parce que bien qu’on passe plusieurs heures ensemble au chalet. Parfois il me manque du temps pour certaines questions. Et souvent le soir lorsque je me couche, je pense à mes entrevues et je me dis, pourquoi j’ai pas posé cette question-là. Mais il faut faire des choix aussi, je veux donner du temps égal à chacun.

Y a-t-il des personnalités qui refusent de venir et pourquoi ?
Il y a des personnalités qui n’acceptent pas de participer. Soit que ça ne les intéresse pas ou encore que ce n’est pas un bon timing dans l’agenda parce que c’est quand même un week-end complet. Donc quand t’as une petite famille, quand t’es en tournée, quand t’es en tournage… c’est sûr que c’est plus difficile. Il y a plusieurs raisons pour lesquelles ça ne fonctionne pas.

Quelle personnalité qui n’est plus de ce monde aurais-tu aimé recevoir ?
Oh! Boy, boy. (il y pense un peu) Aznavour, cet homme-là, c’est sûr que j’aurais aimé l’interviewé. Quand il est décédé, j’ai pensé à ça en me disant que j’ai pas eu la chance d’interviewé ce grand homme. Moi j’aime beaucoup les gens qui ont des carrières plus grandes que nature.

Si on te donnait un accès illimité, ce serait à quoi?
Je suis porte-parole d’un organisme qui se nomme Avant de Craquer, qui s’occupe de personnes ayant des problèmes en santé mentale. J’aimerais donner un accès illimité aux soins de santé mentale à ceux qui en ont de besoin. C’est vraiment ça le nerf de la guerre.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

  • Je tiens à remercier Jean-Philippe Dion pour sa générosité. Un homme de cœur, doté d’une belle personnalité et d’une belle énergie. Je ne suis pas surpris que les gens l’aiment autant et que les artistes ont une confiance aveugle en lui.

La vraie Nature en ondes sur TVA tous les dimanches soirs à 21h. Voici quelques artistes qui feront parties de cette seconde saison de 18 épisodes (dont 8 présentés cet automne). Safia Nolin, Olivier Primeau, Guylaine Tremblay, José Gaudet, Guylaine Tanguay, Sylvie Fréchette, Patrice Robitaille, Sonia Benezra, Jean-Luc Mongrain, Gregory Charles, Ariane Moffatt, Hugo Girard, Pierre-Yves Lord, Ludivine Reding, Louise Deschatelets, Judi Richard et Kristopher Letang.

Sujets connexes

%d bloggers like this: