Les Denis Drolet poussent l’absurde à un niveau supérieur dans un spectacle disjoncté.

En attendant le beau temps, le quatrième spectacle du tandem Les Denis Drolet était présenté en grande première ce 31 janvier au Monument-National. Denis barbu (Sébastien Dubé) et Denis à palettes (Vincent Léonard) comme ils aiment se nommer se présentent sur scène sans artifice, accompagnés d’une guitare, et avec pour seul décor un arc-en-ciel lumineux au-dessus de leurs têtes.

Des textes frivoles qui sortent de l’ordinaire. Les thèmes abordés sont parfois surréalistes à souhait, mais on ne s’attend pas à moins de ces deux acolytes.

Des numéros qui marquent, on a qu’à penser aux louanges du début où ils remercient leur traiteur, le psychopathe Luka Rocco Magnotta, pour leur avoir fait un buffet chinois dans la loge. La force avec ce duo d’humoristes est qu’on ignore toujours dans quelle direction ils amèneront le public. Ils surprennent à tout coup. Ils se doivent de pousser la chansonnette, ce qui a fait leur renommée, ils nous présentent donc quatre chansons naïves dont l’hilarante « la douche ».

Sur scène, presque rien sinon deux bancs et une valise qui renferme quelques accessoires pour appuyer certains numéros dont la fameuse marionnette Christian, qui devient démoniaque. Un spectacle de 90 minutes sans prétention et qui nous amène dans toutes les directions. Et quel plaisir de voir apparaître dans la chanson finale, Justto-buy My-love pour un pas de danse.

Les Denis Drolet nous présentent un spectacle qu’on peut soit adorer ou détester. Mais une chose est sûre, il ne laisse personne indifférent. On peut dire mission accomplie puisqu’ils réussissent encore une fois à nous surprendre avec leur imagination débordante.

«En attendant le beau temps» sera en tournée dans le Québec dans les prochaines semaines, pour plus de détails http://www.lesdenisdrolet.com/ et sera de retour au Monument-National en supplémentaire le 29 septembre 2018.

 

Sujets connexes

%d bloggers like this: