Les Invisibles : Face à l’injustice sociale, le rire et l’entraide

La comédie sociale Les Invisibles du réalisateur français Louis-Julien Petit, dresse un portrait peu reluisant des projets sociaux mis à mal par des élucubrations bureaucratiques. Au travers des efforts déployés par une équipe de travailleuses sociales, nous suivons le parcours de femmes sans-abri, déterminées à retrouver travail et dignité. Entre rires et émotions, le film trouve le ton juste et respectueux pour parler des leurs difficultés.

Louis-Julien Petit a fait appel à des comédiennes professionnelles et non professionnelles. Ces dernières donnent indubitablement le ton juste au film. Elles… qui ont connu la rue, et qui s’en sont sorti grâce en partie aux foyers d’accueil comme celui qui nous est dépeint. Toute la force du film repose sur ces femmes cassées, mais pas brisées : l’authenticité de leurs réactions, l’acceptation écœurée de leur situation précaire, l’espoir face à un bonjour, à un merci, à un Vous commencez lundi.

Audrey Lamy le dit elle-même : comment faire pour être aussi vraie qu’elles ? Impossible. On ne peut qu’essayer de les comprendre, mais on ne pourra jamais savoir ce que c’est de faire preuve de résilience quand la société vous a abandonnées. Dans les rôles de travailleuses sociales, toutes les actrices livrent une performance solide et bien sentie. Mention spéciale à Déborah Lukumuena désarmante de bagout et de naturel.

Ces femmes sans-abri sont ici les héroïnes. Les travailleuses sociales, en dépit du système qui déboutent leurs valeurs, et les empêche de faire ce qu’elles croient juste et utile, vont les prendre sous leurs grandes ailes. Ensemble, elles vont apprendre, se valoriser et surtout se reconstruire. Ces survivantes sont hébergées de façon illégale dans le foyer de jour, mais qu’importe. Toutes risquent gros, mais toutes y croient.

David contre Goliath ; processus bien ordonnés, contre réalité crasse du terrain ; carcans administratifs contre logique d’une vie par très ordinaire. Envers et contre tous, femmes de la rue et travailleuses vont apprendre les unes des autres, échangeant sur leurs galères et leurs difficultés.

Certaines ficelles sont un peu grosses et le réalisateur s’approprie des codes déjà vus, mais il les assume pleinement. On connaît la morale de l’histoire, et on reçoit le message : la société, notre société, sait qu’elles existent, mais préfère ne pas trop les voir, ces Invisibles

 

Pays – France
Sortie – 10 mai 2019
Durée – 102 min.
Genre – Drame social
Classement – Général
Réalisateur – Louis-Julien Petit
Avec – Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky, Déborah Lukumuena, Sarah Suco

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share