Martin Perizzolo, un premier One-Man show pour « Nous »

L’humoriste Martin Perizzolo est bien connu grâce à ses rôles de Benoit dans les publicités des fromages du Québec, de Jean-François dans Les Beaux Malaises ou encore de Poudy dans L’Gros Show.  Mardi 3 octobre, soit 22 ans après sa graduation de l’École de l’humour, il présentait son premier spectacle solo intitulé « Nous », au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Son premier numéro de la soirée est inspiré de sa mauvaise expérience lors du tournage de l’émission « Expédition extrême ».  La présentation de l’épisode avait généré beaucoup de réactions à cause de la séance de  « pétage de coche » de l’humoriste.  Suite à l’événement, il s’était même excusé sur les réseaux sociaux. Perizzolo raconte les circonstances du tournage et dénonce les changements apportés à l’expédition à son insu.  Il prouve d’entrée de jeu qu’il n’a pas peur de rire de lui-même, et le numéro a probablement une vertu thérapeutique pour lui.

Mais il aura tôt fait de tourner sa lorgnette du côté des spectateurs pour mieux en rire.  Conscient que les rôles qu’il obtient sont souvent ceux de « tatas », il choisira deux spectateurs dans la salle à qui il assignera des castings selon leur physionomie, puis il scrutera la salle à la recherche de laids. S’ensuivra sa livraison de « la salade mesclun » et la durée de vie des différentes feuilles de laitue qu’il avait  présenté à Zoofest.

Il dénonce notre dépendance aux téléphones intelligents, à la technologie et à la surconsommation et la façon avec laquelle les fournisseurs incitent les consommateurs à toujours acheter les modèles les plus récents.  Les spectateurs ont vraiment apprécié les gags sur les mega-pixels « les mega-pixel, c’est rare, ils en trouvent juste deux par année ».

L’humoriste se déplace devant un décor formé de trois parois semi-miroir où nous pouvons apercevoir les reflets du poisson rouge collé au dos de son veston.  Le seul accessoire est un faux rocher servant de table pour déposer sa bouteille d’eau.

Le rythme du spectacle est plutôt lent au début et les rires des spectateurs se font discrets.  Par contre, au fur et à mesure que le spectacle avance le rythme s’accélère et les rires se multiplient. L’humoriste était assurément nerveux lors de son entrée en scène, une première médiatique dans une salle comme celle du Théâtre Maisonneuve, ne laisserait personne indifférent.

Martin Perizzolo a invité les spectateurs dans son univers personnel, plus intellectuel, un univers dont il remarque les moindres détails.  Il a offert aux spectateurs une excellente soirée.

La tournée « Nous » se poursuivra le 7 octobre à la Salle Pierre Legault de Rosemère, le 9 octobre à la Salle Albert Rousseau de Québec, le 13 octobre à la Palace de Granby de Granby.   Vous pouvez consulter toutes les dates de spectacles sur le site : https://perizz.com

Sujets connexes

%d bloggers like this: