Oh Sees, on en redemande

Ne les appelez plus Thee Oh Sees mais juste Oh Sees. La formation créée par John Dwyer change de nom comme de musiciens. Originaire de San Francisco, ils s’arrêtent au Théâtre National à Montréal pour jouer leur rock psychédélique. Précédé par Pottery, Montréalais dans le même esprit.

Les 5 membres du groupe, quasi de front sur la scène exiguë du National commence la soirée. C’est une bonne surprise car la musique et le jeu de scène sont aboutis. Entre l’old school et le rock psychédélique, le groupe montre une cohésion qui sert le coté hypnotique de certaines chansons tout en laissant la place à des passages plus musclés. Une première partie parfaite pour Oh Sees.

L’installation donne le ton, deux batteries installées à moins de 1 m du public, le concert promet d’être puissant. Après un certain temps à accorder les instruments, John Dwyer et ses collègues se lancent corps et âme dans le concert. Les deux premiers morceaux sont rapides et rythmés. Les spectateurs n’attendaient que cela et les pogos n’ont mis que quelques secondes à se créer et dureront jusqu’à la fin de la prestation en monopolisant une bonne partie de l’espace, avec une ambiance bon enfant. Puis c’est le retour à un calme relatif avec « Sentient Oona » avant de revenir au plus rythmé « Toe Cutter – Thumb Buster ». Les morceaux s’enchaînent, se prolongent pour le bonheur des spectateurs. La soirée se termine comme elle a commencé … dans une certaine folie où se mêlent hard rock, mélodies psychédéliques et gens portés par la foule.

Oh Sees a bien fait de traverser le continent pour venir à Montréal car ce concert fut l’un des plus énergiques auquel j’ai pu assisté ces dernier temps. Secondé par une belle découverte qui ne demande qu’à être plus connue, il n’en fallait pas moins pour oublier ce froid début d’automne.

Sujets connexes

%d bloggers like this: