Pennywise était au MTelus pour leur dernier album Never gonna die

En ce dimanche pluvieux et un peu froid, le MTelus recevait la tournée punk de Pennywise avec comme groupe invité,  Modern Terror et Strung out.

Modern Terror a été le premier groupe de la soirée. Ce trio de la Colombie-Britannique propose une musique punk, un brin rapide. À droite de la scène, Jeff Doran le guitariste, au milieu le batteur Brett Hopkins et à gauche le bassiste Jamie Swann. Jeff et Jamie se sont échangées l’emploi de chanteur, ce qui donne une autre dimension à leur musique. Le groupe ne révolutionnera pas le style, mais ce fut un bon début de soirée.        Durée 35 minutes

Ensuite on est arrivé dans les ligues majeures avec Strung Out, directement de la Californie avec plusieurs styles musicaux tels que du punk, rock, métal et quelques morceaux acoustiques. La foule ne voulait pas manquer cette prestation, car la salle était vraiment pleine. Dès l’arrivée du chanteur Jason Cruz, j’ai pu me rendre compte que le groupe était très populaire. Une grande banderole à leur effigie derrière la scène servait de décor. Le guitariste Jake Kiley sautait dès qu’il en avait l’occasion, et les autres membres en profitaient pour nous démontrer leur prouesse. Chacun d’eux occupait bien la scène sauf pour le guitariste Rob Ramos qui restait de son côté, alors que le bassiste Chris Aiken se déplaçait un peu partout. Le groupe nous a offert plusieurs titres tels que Rottin’ Apple, Analog, Unkoil et plusieurs autres. Au milieu de leur prestation, le chanteur est allé chanter avec la foule et on a eu deux chansons en version acoustique. Je ne connaissais pas le groupe et ce fut une belle découverte.  Durée 45 minutes

Le clou de la soirée était nul autre que Pennywise, aussi de la Californie. La chaleur du MTelus était à son comble et le parterre plein tellement qu’il était vraiment difficile de se frayer un chemin. Le groupe est en tournée québécoise avec des arrêts à Québec, Sherbrooke, Brossard et bien sûr Montréal. Ils sont en tournée pour nous présenter leur dernier album Never gonna die. Dès l’arrivée du groupe, la foule était en liesse et dès ce moment la salle était surexcitée de voir le groupe, même eux étaient très contents d’être sur les planches du MTelus. On a même aperçu un père avec son jeune sur ses épaules, sûrement qu’il ont déguerpi dès le début. Le tout à commencer avec la chanson Wouldn’t it be nice et poursuivre avec Can’t belie ve it, My oen way of life.

Au milieu de leur prestation, ils nous ont offert des reprises de plusieurs groupes dont Misfits, Rancid, Metallica et Fight for your right des Beastie Boys. Tout le long de la soirée le bassiste Randy Bradbury restait du côté gauche de la scène tandis que le chanteur Jim Lindberg et le guitariste Fletcher Dragge se partageaient la scène. C’est ce dernier qui a parlé le plus à la foule, avec des commentaires contre le président des États-Unis et sur son amour de notre poutine. Pour ma part c’est la chanson Society qui m’a le plus marqué. Ce fut une excellente prestation de leur part et la foule est repartie ravie de leur soirée. Duré : 1 :15.

mm

Written by 

Grand connaisseur de la scène heavy metal, Sébastien a cet oeil de lynx affuté qui lui permet de capturer avec sa caméra des photos exceptionnelles des artistes qu'il aperçoit sur scène et de décrire avec justesse leurs performances. Éditeur-adjoint au webmagazine Les ArtsZé

Sujets connexes

%d bloggers like this: