Le festival PouzzaFest 2018 au Centre-Ville de Montréal

La fin de semaine de la Fête des Patriotes, le centre-ville de Montréal au coin des rue St-Urbain et Président-Kennedy, recevait le festival PouzzaFest, un acronyme des mots poutine et pizza. La musique punk était mise de l’avant. Malgré cela, ce qui se démarque de tous les festivals, c’est qu’on aperçoit plusieurs familles avec leur(s) enfant(s) de tout âge.

La scène principale est aux Jardins des bières (extérieur), mais on pouvait aller voir des concerts en salle soi au Katacombes, Foufounes Electriques, Café Cléopatre, Théatre Ste-Catherine, Midway Speakeasy et au Parc Lafontaine. En cette fin de mois de mai, on a eu droit au 3 saisons: le vendredi le froid, le samedi la pluie et le dimanche, un gros soleil pour la joie de tous.

Pour le vendredi soir, la tête d’affiche était nulle autre qu’Anti-Flag, groupe punk de la dernière génération venant des États-Unis. Le parterre était si bondé qu’il était très difficile de se frayer un chemin pour me rendre à l’avant pour vous rapporter quelques clichés. D’entrée de jeu, Anti-flag a commencé avec la chanson When the wall falls, The press corpse, mais aussi avec la chanson Fuck police brutality qui a fait réagir la foule, avec du ‘body surf’ à profusion et une énergie sautillante au rythme de la musique.

Le bassiste Chris #2, comme a son habitude, sautait dès qu’il avait l’occasion; le chanteur Justin Sane était en forme vocalement de son côté et lui aussi bondissait quelques fois. Du point de vue des éclairages, tout était très bien, le son aussi était de la partie. Plusieurs fois pendant la prestation, les membres du groupe ont parlé de leur Président Trump qu’ils ne portent pas dans leur cœur, d’autres textes parlant de politique, de la brutalité policière et bien d’autres sujets sociétaux. Pour la fin, comme dans leur habitude, le batteur Pat Thetic, a pris sa batterie et alla en jouer dans la foule accompagné du bassiste. Ce fut une excellente prestation de leur part, même si ça fait plus de 25 ans qu’ils viennent nous en mettre plein les oreilles.

Liste des chansons: When The Wall Falls, The Press Corpse, Cities Burn, Racists, Fuck Police Brutality, Turncoat, All of the Poison, All of the Pain, The Criminals, Broken Bones, 1 Trillion Dollar$, This Is the End (For You My Friend), Depleted Uranium Is a War Crime, American Attraction, Die for the Government, Drink Drank Punk, Brandenburg Gate, Power to the Peaceful

Samedi, dame nature nous a pas gâté. Dès mon arrivée, à la station de métro St-Laurent, il pleuvait des cordes. Mais ce n’était pas ça qui allait empêcher les fans de musique de rester chez eux. Vue la température, je me suis dirigé vers un concert intérieur aux Katacombes pour aller prendre quelques clichés de  Dr.Beardfacé&The Spaceman, ensuite direction Café Cléopatre pour Wordplay, Foufounes electriques pour Bhatt, sur le site extérieur avec une petite accalmie du point de vue de la température pour Chixdiggit! Petit arrêt au Complexe Desjardins pour engloutir une bonne poutine au chaud, pour retourner au Jardins des bières pour The Creepshow et terminé la soirée photos avec le groupe ska Reel big fish.

Pour le dimanche je n’ai pu me présenter, mais pour ce que j’ai vue sur internet il y avait beaucoup de monde pour le groupe Montréalais Grim Skunk qui attire toujours de grosses foules dans ce type de festival et le groupe principal de ce dimanche ensoleillé était Face to face des États-Unis.

Merci au PouzzaFest pour leur invitation. Ce fut une réussite malgré la température, pour tous les amateurs, il est vraiment intéressant d’acheter une passe, car vous avez droit à toutes les salles de concert.

Photos: Sébastien Jetté

Sujets connexes

%d bloggers like this: