Soirée glam à la Maison symphonique

Luc Plamondon et Mitsou étaient au nombre des invités de l’OSM pour un concert inaugural où des musiques de Stravinsky et Ravel étaient à l’honneur. Comme un dîner chic suivait le concert, c’est en robe longue ou tuxedo que de nombreux spectateurs ont pu découvrir un opéra commandé par l’OSM et conçu à partir d’un conte cri, avec Florent Vollant comme narrateur. Chaakapesh, le périple du fripon, du librettiste Tomson Highway est chanté en cri et parle des Européens perçus par les autochtones comme étant des hommes aux fesses blanches qui ne savent pas rire. Ce sont donc ces mêmes autochtones qui se donnent pour mission d’humaniser ces visiteurs envahisseurs en leur apprenant à rire, car rire c’est aussi aimer dit le texte. Les narrations, elles, sont en innu ou en inuktitut.

L’OSM en tournée chez les autochtones

Alors que le livret est inspiré de légendes des peuples autochtones, la musique de Matthew Ricketts ne semble pas faire écho aux traditions évoquées dans le texte. Ce véhicule musical qu’on pourrait peut-être situer non loin de certaines pages de Bartok convient-il au thème de cet opéra de chambre ? À vous d’en juger car le concert est de nouveau présenté ce soir (8 septembre), avant de partir en tournée à
Kuujjuaq (10 septembre), Salluit (12 septembre), Kuujjuarapik (14 septembre), Oujé-Bougoumou (17 septembre), Mashteuiatsh (18 septembre) et Maliotenam (19 septembre). À noter que plusieurs personnalités autochtones étaient présentes à la Maison symphonique, dont le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard.

Redécouvrir la musique

La soirée s’est poursuivie avec Le sacre du printemps de Stravinsky, dont la finale a fait lever la foule. Puis, après Charles Dutoit, il y a deux ans, Kent Nagano reprenait l’indémodable Boléro de Ravel. Inutile de vous dire que c’est cette pièce qui a soulevé les applaudissements les plus forts de la soirée. Oui, le public aime
réentendre des oeuvres qu’il connaît, mais on redécouvre en quelque sorte la musique grâce à l’acoustique de la Maison symphonique, disaient des spectateurs, clamant ne jamais avoir aussi bien entendu les subtilités rythmiques, entre autres, du célèbre Boléro.

En résumé, un concert mariant l’inédit et de grands classiques qui aura visiblement emballé l’assistance qui remplissait la Maison symphonique.

Matthew Ricketts : Chaakapesh, le périple du fripon, opéra de chambre en trois scènes sur un livret de Tomson Highway (création). Stravinski : Le sacre du printemps. Ravel : Boléro. Owen McCausland (ténor, Chaakapesh), Geoffroy Salvas (baryton, Mantoo), Florent Vollant (narrateur en innu), Akinisie Sivuarapik (chant avec tambour), Orchestre symphonique de Montréal, Kent Nagano.

Mise en scène :
Charles Dauphinais. Maison symphonique de Montréal, jeudi 6 septembre. Concert aussi
présenté, samedi, 8 septembre.

 

 Crédits photos : Antoine Saito

Sujets connexes

%d bloggers like this: