Soulfly : le retour des Cavalera aux Foufounes électriques

The following two tabs change content below.

Leslie Anna

Journaliste et auteure d’un premier ouvrage - La beauté au naturel : produits d’ici et d’ailleurs- aux Éditions Vuibert, Leslie évolue dans le journalisme nature et la communication. Tout en restant profondément attachée à sa première passion, elle n’hésite pas à allier son amour pour la musique et son métier.

Mercredi 14 mars dernier, le rendez-vous était donné aux Foufounes électriques pour le retour à Montréal de Soulfly.

Malgré une tête d’affiche impressionnante, la salle semblait un peu vide, pas étonnant quand on sait que le groupe a fait salle comble en automne dernier. De plus, le quintet etait présent pour interpréter l’album Point Blank de Nailbomb, un projet punk rock annexe et éphémère lancé en 1993 par Max Cavalera et Alex Newport du groupe Fudge Tunnel. En conclusion, pas de Prophecy ou de Seek’N Strike à l’horizon, ce qui peut expliquer le manque de fans.

Après 3 groupes en première partie, dont Lody Kong composé des deux fils Cavalera, Soulfly aka Nailbomb monte sur scène. Après 4 chansons, Igor, le co-chanteur et le fils cadet de Max Cavalera, quitte soudainement la scène. On l’aperçoit sur le côté, assis et buvant de l’eau avant de quitter la salle escorté par sa mère, et manager, Gloria Cavalera.

Après 10 minutes, le reste du groupe abandonnera la scène quelques secondes pour prendre de ses nouvelles tandis que le guitariste Marc Rizzo exécutera des solos de guitare pour distraire la salle.

Max revient sur scène et confirme ce que l’on soupçonnait déjà : Igor est malade et ne pourra pas finir le show.

Le band ne se laissera pas perturber pour autant et continuera l’ensemble du show. On est même content de profiter entièrement de la présence de Max sur scène qui démontre ses talents de showman pour mettre l’ambiance et chauffer le public.

Le groupe part assez rapidement après la dernière chanson : les membres échangeront quelques poignées avec le public puis feront une ovation. Les lumières s’allument rapidement laissant comme un goût d’inachevé : on s’attend à un rappel mais il n’y aura aucun rappel. Ce concert semble avoir été exécuté d’un trait : Soulfly aka Nailbomb aura fait un bon show mais sans plus.

Photos © Sébastien Jetté

 

Set list :

Wasting away

Vai toma no cu

24 hour bullshit

Guerillas

Blind and lost

Sum of your achievements

Cockroaches

For fuck sake

World of shit

Exploitation

Religious cancer

Shit Pinata

While you sleep I destroy your world

Sick life

par 

Journaliste et auteure d’un premier ouvrage - La beauté au naturel : produits d’ici et d’ailleurs- aux Éditions Vuibert, Leslie évolue dans le journalisme nature et la communication. Tout en restant profondément attachée à sa première passion, elle n’hésite pas à allier son amour pour la musique et son métier.

Sujets connexes

%d bloggers like this: