Stone – Hommage à Plamondon: nostalgie, espoir, beauté du monde

Luc Plamondon
Stone
Stone

Le Cirque du soleil a choisi l’Amphithéâtre Cogeco de la ville de Trois-Rivières pour assurer ses spectacles cet été. Au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Saint-Maurice, l’endroit nous donne un bel avant goût de par sa beauté.  Il n’y avait pas meilleur choix pour accueillir Stone, hommage à Plamondon que cette scène majestueuse!

Avant le spectacle, il y a eu le mythique moment du tapis rouge. Les artistes vont passer les uns après les autres pour notre plus grand plaisir! C’est le moment des photos et entrevues!

Stone
Stone

D’entrée de jeu, dans un genre de parc Belmont désaffecté, une danseuse automate donne corps et vie aux musiques de Plamondon. Au fil du spectacle, un Amadeus un peu excentrique va s’attacher à elle. Cette reine punk baroque va nous faire rêver et nous éblouir tout au long du show sans jamais nous perdre.

La musique, interprétée par de nombreux artistes telles que Diane Dufresne, Ariane Moffatt, Catherine Major ou encore Safia Nolin, est tout simplement parfaite. Chaque note et voix nous transportent de douceur, des frissons parcourent mon corps lors de l’interprétation du Blues du businessman par Safia Nolin. On aurait aimé de la musique en live pour donner plus de corps, plus d’émotion. Car même si on est pris dans ce magnifique show, c’est un manque qui se fait ressentir. Les voix sont tellement envoûtantes qu’elles auraient méritées d’être mises en valeur avec un « live music ». Dans un spectacle où le titre laisse entendre que les textes et musique de Luc Plamondon sont à l’honneur, on est surpris!

Stone
Stone

Malgré tout, chaque génération a, je pense, retrouvé des instants du passé, des souvenirs, des moments de sa vie. On est d’ailleurs fasciné par la beauté de l’interprétation de Le monde est stone par Beyries et la qualité du tableau joué par les artistes. Pour ma part, la comédie musicale Starmania a occupé une bonne partie de mon adolescence, et certains passages de Stone m’ont apporté beaucoup d’émotion, un mélange de nostalgie et d’affection de ces années passées, puis le chemin parcouru jusque-là, tous cela mis en scène devant moi.

Cet «opéra rock»  nous fait quand même l’effet d’un Tim Burton dans la mise en scène et les décors décalés. On ne peut s’empêcher se rester les yeux rivées sur la scène sans en vouloir la fin. Chaque interlude nous fait rire, l’entrée sur scène de la reine qui s’humanise est toujours un plaisir pour les yeux d’un point de vue décors et costumes. Puis, des acrobates burlesques, une danseuse aux cerceaux ou encore une reine du feu sont des personnages annexes rappelant la diversité du monde. On est pris à la fois entre le spectaculaire show circassien et la douceur de certains passages. Les acrobaties nous impressionnent mais nous emmènent aussi dans un monde rempli de finesse et de pureté lorsque ces danseuses se déplacent telles des anges sur les mûrs de l’amphithéâtre.

Stone
Stone

On sent dans ce spectacle toute l’entreprise du Cirque du soleil, on n’est plus au simple cirque mais à de réelles prouesses d’artistes qu’ils soient acrobates, danseurs ou musiciens (même si on les voit pas, ils font partis de l’équipe). Rien n’est laissé au hasard, c’est du grand spectacle!

Face à cette première mondiale, on assiste quand même à quelques loupés. Heureusement, cela rend plus humains ces personnages qui semblent si loin de nous sur cette scène immense. La dernière scène nous offre un message d’espoir sur la beauté du monde, qui fait lien avec le décor de l’amphithéâtre. Cela nous permet de finir «Stone» le sourire au lèvre avec cette pensée que oui, n’oublions pas la beauté du monde et faisons la vivre, soyons éblouis!

Stone: Hommage à Plamondon – Cirque du Soleil

Amphithéâtre Cogeco
19 juillet 2017 – 19 août 2017

 

 

 

 

Sujets connexes

%d bloggers like this: