Terres de longévité aux Grands reportages de ICI RDI – 27,28, 29 septembre 20h

Les 27, 28 et 29 septembre 2016 à 20 h

Avec leurs nombreux centenaires en pleine forme, certaines régions du monde semblent avoir trouvé la recette de la jeunesse éternelle. Qu’ont en commun L’Abkhazia, Guanacaste au Costa Rica et Campodimele en Italie? Trois reportages de la série Terres de longévité nous font découvrir les points communs des habitants de ces régions du monde, en primeur aux GRANDS REPORTAGES sur ICI RDI, les 26, 27 et 28 septembre à 20 h.

Mardi 27 septembre : L’Abkhazia
L’Abkhazie est une région aux collines verdoyantes, située entre les montagnes du Caucase et les bords de la mer Noire. Le climat doux de cette « perle du Caucase » semble favoriser la longévité de ses habitants, bien supérieure à celle des autres régions de l’ex-URSS. Depuis des siècles, les nombreux conflits entre communautés ont rendu indispensables l’unité et la solidarité au sein des familles, et favorisé le maintien de traditions millénaires. À la différence du monde occidental industrialisé, les personnes âgées y sont au centre des familles et les échanges entre générations sont riches et nombreux.

Mercredi 28 septembre : Guanacaste, Costa Rica
La province de Guanacaste détient la longévité la plus élevée d’Amérique centrale. Ses habitants s’estiment heureux, même les plus modestes… Année après année, l’Organisation des Nations unies (ONU) classe le Costa Rica parmi les pays les plus heureux au monde. Non loin des plages paradisiaques, des quasi centenaires continuent pourtant à travailler quotidiennement dans les champs ou en mer, comme Paolo, paysan de 92 ans, ou le vieux pêcheur Gregorio.

Jeudi 29 septembre : Campodimele, Italie
Non loin de l’antique voie Appienne, le petit village de Campodimele, perché sur une colline à 150 km de Rome, n’a jamais compté plus de mille âmes. Faute de place pour l’élevage bovin, on n’y consomme pas de viande rouge. Manger le fruit de son labeur, vivre en communauté et s’en tenir au nécessaire : telles semblent être les clés de la longue vie de ses habitants. Et quand la médecine s’est penchée sur ce village, elle a fait une découverte étonnante : un quart de sa population porte une mutation génétique responsable d’une accélération du métabolisme, qui rend peu prédisposé aux « maladies de civilisation ». Les habitants de Campodimele auraient-ils en eux-mêmes leur propre fontaine de Jouvence?

mm

Written by 

Sujets connexes

%d bloggers like this: