TwinMuse : les jumelles triomphent en concert au Théatre Outremont

The following two tabs change content below.

Leslie Anna

Journaliste et auteure d’un premier ouvrage - La beauté au naturel : produits d’ici et d’ailleurs- aux Éditions Vuibert, Leslie évolue dans le journalisme nature et la communication. Tout en restant profondément attachée à sa première passion, elle n’hésite pas à allier son amour pour la musique et son métier.

Les TwinMuse, ou plus précisément Hourshid et Mehrshid Afrakhteh, sont deux soeurs jumelles nées en Iran. Virtuoses du piano, elles exécutent des morceaux de grands compositeurs à quatre mains et en synchronisation avec des projections vidéo et audio. C’est dans le cadre des mardis métissés, une série de concerts organisée par l’organisme Vision Diversité, que le public vient les apprécier ce mardi 30 janvier.

À environ 20h25, elles entrent sur scène et se dirigent immédiatement vers le devant pour saluer le public tout en se tenant la main. Elles se dirigent ensuite vers le piano à queue pour s’installer. Après quelques ajustements, elles entament, à quatre mains, deux morceaux de l’oeuvre classique Danses Hongroises de Johannes Brahms.

Après une dizaine de minutes sans arrêt, elles se lèvent pour se présenter au public. Quelques minutes après, on voit apparaître à l’écran une dame souriante aux cheveux grisonnants. Ce soir, elle rendent hommage à une femme qui a compté dans leur carrière artistique : Martine Époque, décédée quelques jours plus tôt.

Elle est la coréalisatrice du court métrage Coda avec son mari Denis Poulin. Court-métrage sur lequel les jumelles ont interprété Le Sacre du printemps de Igor Stravinsky.

Après avoir repris place, l’écran se met en mouvement : des bruits de vent retentissent dans la salle tandis qu’une silhouette numérique lumineuse et difforme apparaît et se met à danser sur l’eau.

Après ce morceau émouvant, un pare-brise balayé par ses essuie-glaces apparaît à l’écran. Les deux soeurs exécutent chacune à leur tour un morceau en solo, sous les yeux d’un public attentif.

Leur oeuvre est complexe et méticuleuse, c’est pourquoi, les premières mélodies accompagnées des bruits et des mouvements de la vidéo sont difficiles à comprendre. Petit à petit, l’oreille s’habitue et réussit à isoler les différentes voix qui composent l’ensemble musical.

La vidéo s’arrête : elle repart mais s’arrête à nouveau. Premièrement, on pense à un problème technique mais ce n’est pas le cas : cela fait bien partie du spectacle et montre le côté plaisantin des deux pianistes.

À la fin de leur entracte, les jumelles, souriantes, se lèvent une fois de plus pour remercier leur public. S’ensuit alors une pause d’une vingtaine de minutes durant laquelle chacun en profite pour discuter avec son voisin.

À 21h précise, elles reviennent sur scène et exécutent à quatre mains « Rhapsodie Hongroise n°2 ».

Après cela, l’écran s’allume à nouveau et laisse entrevoir des scènes de ballet tirées de films tandis que les Twin Muses continuent de faire glisser leurs doigts à la perfection sur le clavier de touches blanches.

À 21h25, c’est un triomphe : elles terminent leur concert devant une salle comblée et se verront même offrir deux bouquets de roses en signe de félicitation.

Set List

Johannes Brahms – Danses hongroises n°1 en Sol mineur et n°5 en fa dièse mineur.

Igor Stravinsky – Le sacre du printemps : extrait de l’act II, Le sacrifice accompagné du film CODA ( Denis Poulin & Époque)

Nicole Lizée – “Hitchcock Etudes for piano, soundtrack and video”.

Ernesto Lecuona – Malagueña, extrait de la Suite Andalucía, arrangement pour piano 4 mains par Luis Sucra.

Entracte

Franz Liszt – Rhapsodie Hongroise n°2 (arrangé par Kleinmichel-Bendel)

Matthew Davidson – After Brahms, Nine Concert Tangos for piano Four Hands.

 

Photo prise sur le site web de TwinMuse  ©Anne Kmetyko

par 

Journaliste et auteure d’un premier ouvrage - La beauté au naturel : produits d’ici et d’ailleurs- aux Éditions Vuibert, Leslie évolue dans le journalisme nature et la communication. Tout en restant profondément attachée à sa première passion, elle n’hésite pas à allier son amour pour la musique et son métier.

Sujets connexes

%d bloggers like this: