Un complexe univers d’ornementations baroques variées sous les doigts d’Anne Queffélec

Jeudi soir le 18 octobre, la pianiste française Anne Queffélec a rempli sa mission de séduire les mélomanes lors de son intime début montréalais. À l’image des Brigitte Engerer, Danielle Laval, Jeanne-Marie Darré toutes de très bonnes musiciennes aujourd’hui oubliées, Anne Queffélec qui a bien quarante ans de carrière… a offert un programme raffiné de musique française dans le cadre idéal des Journées Couperin, journées imaginées par Isolde Lagacé et cela peu de temps avant l’étonnant Festival annuel Bach dont on parle aussi trop peu.

Il ne manquait au tableau des Français inestimables d’envergure qu’une œuvre du compositeur Gabriel Fauré soit offerte pour couronner le méritoire tableau de la musique française dont les racines remontent à François Couperin (1668-1733), musicien du Grand Siècle de Louis XIV, la Régence puis sous Louis XV. L’ornementation  française est ce qu’il y a de plus complexe entre Couperin, Daquin et surtout Jean Philippe Rameau. Notre grande Angela Hewitt excelle dans la juste finesse de discernement des exigentes ornementations. La musique baroque est vaste, riche de voix multiples, de danses aujourd’hui désuètes ou indiscernables… mais que Ravel a illustrées magistralement dans Le tombeau de Couperin. D’ailleurs, c’est le redoutable sixième volet de l’œuvre une Toccata endiablée qui constitue ce qu’Anne Queffélec a rendu au mieux avec les deux sonates de Scarlatti qu’elle a bien sagement incluses au programme car Scarlatti et ses 550 sonates a atteint un degré de raffinement à l’égal de Rameau et Couperin. Les Journées Couperin se poursuivent jusqu’au 24 octobre avec des conférences de Christophe Rousset et parfois des danseurs (combien j’ai hâte de voir danser la forlane et le rigaudon!) et Geneviève Soly à l’orgue. Il faudrait bien que cette tradition s’instaure à la salle Bourgie…pour continuer de faire valoir le raffinement de la musique française et du clavier baroque souvent truffé d’œuvres labyrinthiques mais combien sublimes!

Sujets connexes

%d bloggers like this: