Une soirée très variée et regorgeant de mélodies et de décibels

Une autre belle soirée prometteuse planait à l’horizon ce jeudi. Nous avions droit à quatre formations assez différentes les unes des autres, une belle occasion de découvrir de nouvelles formations, de s’ouvrir à de la nouveauté ou bien simplement passer une excellente soirée multigenres pour les mélomanes endurcis et forts ouverts d’esprit.

 

 

 

Je me dois d’être honnête ici : je n’ai pu assister à la prestation de Summoner’s circle, le concert débutant très tôt ( 18h45). J’arrivai durant la performance des finlandais de la formation Wolfheart venues faire la promotion de leur dernier album Constellation of the black light. Tuomas Saukkonen, le pilier de cette formation nous offrit une fois encore des chansons très puissantes et énergiques le tout axé sur les thèmes de la nature, la mélancolie, la guerre, l’apocalypse, les guerriers. Les ayant vus dans de plus petites salles, c’était vraiment bien de les voir se déployer de façon magistrale sur une scène largement supérieure et une salle offrant une capacité beaucoup plus imposante que ces prédécesseurs. La majorité de la foule semblait être en terrain inconnu mais la réponse en général était positive et les guerriers de Wolfheart surent s’accaparer le public et démontrer leur savoir-faire.

Ensuite vint le tour d’une seconde formation finlandaise de venir s’exprimer. Le groupe Swallow the sun, venait relâcher sa lourdeur, sa symbiose entre beauté et désespoir, conciliant tristesse et hargne, le tout sur une musique des plus parfaites mais peut-être trop intimiste et introvertie pour une foule venue pour se délecter de mélodies rapides et hyperactives sans grande profondeur et employant un discours direct aux effets quasi immédiats, sans réflexion ce qu’offre la formation Children of Bodom. Des fans étaient disséminés dans la salle dont moi qui en faisait partie. Ils surent toutefois s’approprier une bonne partie de la foule en jouant des pièces plus musclées et impliquant davantage de chants gutturaux et gras, car Mikko Kotamäki, la voix de Swallow the sun, sait alterner entre chants clean, gras ou s’apparentant au Black métal. Ils jouèrent sept pièces dont trois du nouvel album When a Shadow Is Forced into the Light sur étiquette Century media. Les plus anciens fans purent se gâter avec la pièce Deadly nightshade (Nom donné à la plante mortelle, Belladonne) parue sur l’album Morning never came en 2003. Deux chansons de l’album New moon furent interprétées dont la pièce titre ainsi que These Woods Breathe Evil. Monsieur Kotamäki fidèle à lui-même ne fut pas un modèle d’interaction avec la foule, son visage bien caché sous son capuchon sombre mais heureusement les musiciens offrirent une présence hors-pair et intéressante.

La foule s’anima de façon impressionnante lorsque vint le temps de saluer les musiciens de Children of bodom et de les acceuillir à bras ouverts. Cette formation menée par le chanteur et guitariste Alexi laiho n’avait vraiment plus rien à prouver aux québécois, visitant notre province  depuis plus de 20 ans.Fidèle à elle-même, le groupe nous en donna pour notre argent et plus encore.Les fans d’âges très variés étaient euphoriques et quasi hystériques devant ce déploiement de mélodies accrocheuses et la dextérité de monsieur Laiho. Après une dernière parution assez mitigée (Worship Chaos), ils venaient promouvoir leur tout dernier album intitulé Hexed, ayant un design artistique très beau à mon avis et beaucoup moins de synthétiseur que la parution précédente. Pas moins de quatorze chansons firent vibrer le Théatre Corona, dont , Are you dead yet?, Everytime i die, Bodom beach terror,In your face, This road, Six pounder, Angels don’t kill et fermèrent la boucle avec Downfall. Une performance magistrale digne d’une formation de haut calibre et haute en couleur!

mm

Written by 

Depuis sa plus tendre enfance, Martin est un intellectuel et un autodidacte. Fervent amateur de lecture, de musique, d’arts visuels ainsi que d’écriture, il est un éternel curieux, se fait un malin plaisir à immortaliser tout ce qui lui stimule l’esprit à coup d’obturateurs avec sa caméra. Se départageant entre un travail physique, sa famille, sa passion pour la saine alimentation, la nature et la composition musicale, il adore partager ses opinions et critiques de ce auquel il carbure : la culture sous toutes ses formes!

Sujets connexes

Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.