La 36e édition de l’International des Feux Loto-Québec couronne l’Angleterre

Hier soir à La Ronde, c’était la remise des prix tant convoités du monde de l’art pyrotechnique de l’International des Feux Loto-Québec. Comme mentionné par Martyne Gagnon, directrice de l’événement (voir entrevue à la fin), la compétition est considérée comme «les Jeux Olympiques de la pyrotechnie». Le Jupiter d’Or est allé à l’Angleterre (Pyrotex Fireworx), l’Argent à la Hongrie (NUVU) et le Bronze au Canada (Feux d’artifice Orion).

D’autres prix ont été accordés à l’Italie pour sa trame sonore sur le thème «Le cœur de l’Italie» et à l’Angleterre pour son respect de l’environnement.

Un feu d’artifice de fin de saison a suivi sur les musiques du groupe Genesis (photo du haut), conçu par le groupe Panzera d’Italie. Quel beau spectacle éblouissant! Seul regret, c’est qu’il n’était pas en compétition, car il aurait eu des chances de mettre la main sur un Jupiter, chose que j’ai souligné à la représentante des concepteurs de Panzera, Maria Grazia Gerbaudo, qui n’était pas peu fière.

La fête s’est continuée pour les gagnants et j’ai eu la chance de parler à chacun des lauréats. Voici leurs commentaires que j’ai recueillis.

Jupiter d’Or: Angleterre (Pyrotex Fireworx)

En entrevue, Mark Kelsall de Pyrotex Fireworx est fier de son spectacle «60 ans de succès marquants». Fondateur et concepteur de sa firme, il raconte qu’ils étaient inconnus en 2010 quand ils ont remporté le British Musical Championship. L’idée du spectacle présenté ici lui est venue aux Philippines en 2019 alors qu’il avait eu du succès avec le même concept. Puisque la Covid ne lui permettait plus d’utiliser les mêmes pièces pyrotechniques, ils ont conçu un montage et spectacle totalement nouveau. Ses tableaux favoris sont «Time to say goodbye» parce qu’il a perdu un ami proche récemment, «very emotional» ajoute-t-il. Puis il affectionne particulièrement le tableau de la chanson «Sandstorm» de Darude, «parce que ça faisait longtemps que je voulais faire cette chanson». On termine toujours une entrevue en parlant du côté technique. Mark évalue à 12000 pièces pyrotechniques et 7000 signaux de lancement utilisés pour leur spectacle gagnant.

Jupiter d’Argent: Hongrie (NUVU)

Ferenc Tóth (directeur) et sa conjointe Anikó Tóthné Seres (conceptrice) m’ont parlé de leur feu gagnant de la 2e place. Fiers de leur Hongrie natale, ils ont choisi le thème «L’évolution de la culture musicale hongroise» pour «montrer la musique hongroise au monde, et aussi la langue hongroise qui est unique, sans aucune racine latine ou autre». Ils soulignent que «la Hongrie est le berceau de plusieurs compositeurs bien connus comme Liszt, et aussi le pays où est né la méthode de Kodály pour enseigner la musique avec les notes do-re-mi-fa-sol-la-si». C’est d’ailleurs pour cette raison que «Do-re-mi» bien connue de la comédie musicale «The Sound of Music» s’est retrouvée dans la liste des chansons du feu. Ils ont voulu montrer autant des pièces hongroises classiques que nouvelles, en passant par des danses, et en terminant par des pièces canadiennes comme celles de Céline Dion et Bryan Adams. Ils sont contents que le groupe de rock hongrois bien connu, Helldiver, ait accepté de traduire en anglais un de leur grand succès «The Red, the White and the Green», spécialement pour ce spectacle. On termine avec les statistiques techniques, en estimant la quantité de pièces pyrotechniques à 7000 et à 6000 les signaux de lancement selon eux.

Jupiter de Bronze: Canada (Feux d’artifice Orion)

Fier d’être la première firme du Canada à monter sur le podium depuis 2014, Patrick Chandonnet (président) me confie en entrevue que c’est sa famille qui travaille au sein de l’entreprise, frère, père, mère, oncles, et plusieurs amis. «On voulait faire un spectacle qui peut être présenté un peu partout dans le monde», alors le thème des mythes et légendes s’est imposé pour lui. Surtout que dans la même ville que lui, Shawinigan, habite Bryan Perro qui est un auteur connu dans le domaine des mythes et légendes. En travaillant avec Bryan, ils ont élaboré des ambiances sur des mythes du Québec. «Never Give up on Your Dreams» est la pièce qui l’a le plus touché, «parce que c’était un rêve que de venir présenter notre spectacle dans ce prestigieux concours, et surtout de partir avec un Jupiter.» Du côté technique, il évalue l’utilisation de 6300 pièces pyrotechnique et 3400 signaux de lancement.

Entrevue avec Martyne Gagnon, directrice de l’International des Feux Loto-Québec

Après 25 ans comme directrice, Martyne Gagnon prend une retraite bien méritée. Sophie Émond, présidente de La Ronde, a dit «elle sera notre Jupiter d’Or» hier soir. L’ayant connu il y a 10 ans, Martyne est une femme déterminée et surtout passionnée par les feux et ses équipes. Elle débute l’entrevue en disant qu’a son arrivée, «ce fut la découverte d’un autre monde, une industrie qui est très familiale et passionnée. Les gens sont tellement fiers de représenter leur pays, pour eux, Montréal est un cadeau». Elle a vu plusieurs changements pendant ses 25 ans. Elle ajoute «Quand les feux avec musique sont arrivés, ce n’était pas donné à toutes les firmes de faire un spectacle de 30 minutes, mais de plus en plus de firmes présentent maintenant des spectacle musicaux! et c’est l’arrivée de l’ordinateur il y a 15 ans qui a vraiment marqué l’évolution technologique de l’industrie.» Mais sa plus grande découverte demeure les musiques des feux, des pièces qu’elle ne connaissait pas mais qu’elle écoute aujourd’hui pour elle-même.

Martyne souligne qu’elle a vu 208 feux comme directrice, mais qu’elle ne peut avoir de favori car «comme la Suisse, je dois rester neutre». Pour elle, un feu mémorable «est celui où j’oublie tout pendant 30 minutes, le ciel devient un grand tableau qui se dessine devant nous, c’est toujours ça qui m’impressionne». Elle termine toujours ses discours avec sa fameuse phrase «Longue vie aux feux» et on aujourd’hui on peut lui souhaiter «Longue vie à vous, Martyne», et bonne retraite!

 

Gagnants de la 36e édition de l’International des Feux Loto-Québec

Jupiter d’Or: Angleterre (Pyrotex Fireworx)

Jupiter d’Argent: Hongrie (NUVU)

Jupiter de Bronze: Canada (Feux d’artifice Orion)

Meilleure trame sonore: Italie (Fireworks Lieto S.R.L.)

 

https://www.laronde.com/larondefr/linternational-des-feux

Photos des feux: Carl Desjardins, photographe officiel de l’IFLQ, https://instagram.com/focuspyro
Autres photos: Daniel Ouimet

Sujets connexes

%d bloggers like this: