The Convalescence a réchauffé le Piranha bar

Mardi soir au Piranha Bar, grosse soirée métal avec The Convalescence avec comme groupes invités : The Breathing process, My own will et Beyond all boundaries. Seulement quelques fans de musique métal ont bravé le froid de février pour se changer les idées, ce qui est vraiment dommage. 

À mon arrivée le groupe Beyond All Boundaries de Montréal au style le moins heavy de la soirée était déjà sur scène. Je n’ai pu écouter que deux chansons que j’ai aimé à souhait.

Ensuite My own will de Detroit est passé complètement à un autre style: le metalcore. Bien que je ne sois pas le plus fervent du genre, dès les premières notes et à voir l’expression de rage du bassiste, je savais que j’allais passer un bon moment. Guitare puissante, quelques échantillonnages pour accompagner la batterie, le chanteur bouge beaucoup en criant le plus fort possible et le bassiste est comme un fauve en cage. Puis, la foule s’est approchée de la scène ce qui est un peu plus plaisant pour les artistes que de voir le plancher parsemé. Pour quelques-uns, l’heure était venue de faire du headbanging et de suivre le rythme du guitariste. Un premier concert à Montréal leur a sans doute fait comprendre que la ville aimait le heavy metal malgré le froid sibérien et un concert en plein mardi soir.

Quant à The Breathing Process, originaires de Pittsburgh, ils mélangent plusieurs styles passant du death au black. Seuls quatre membres, soit Jordan Milner à la guitare, Sara Loerlein à la guitare, Bryan Bever à la batterie et Cody Harmon au chant étaient présents. Avec son énergie, le groupe a fait monter l’intensité un peu dans la salle. Sara la guitariste nous a montré son savoir faire car tout en jouant de son instrument, elle balançait ses cheveux de tous les côtés. Jordan faisait les chœurs en  virevoltant sa chevelure. Pour une raison que nous ne connaissons pas, dommage que le bassiste ait été absent car il aurait apporté une petite touche de plus au son. Malgré tout, j’ai passé un très bon moment en les écoutant.

The Convalescence a été créé en 2011 par le chanteur Keith Wampler, composé aussi des guitaristes Zac Lunsford et Toby Wright, du bassiste Ron Buckley, du batteur Charles Webber et de la claviériste Katie McCrimmon. Tous les membres du groupe arborent des maquillages et des vêtements hors de l’ordinaire. Sur la scène on pouvait apercevoir un crâne d’animal, et sur un des pieds de micro des os accrochés.

Avec six membres sur la scène exigue du Pirahna Bar, il restait peu de place pour bouger, même si chacun a performé à sa façon dans l’espace restreint. Katie, la claviériste était debout derrière son instrument dont le support affichait un décor ténébreux avec des os formant une croix et un crâne. Comme elle poussait quelques notes vocalement, le son du groupe était épatant si bien que j’aurais pris une chanson complète avec seulement sa voix.

Musicalement se fut le meilleur groupe de la soirée. Tous les membres étaient en grande forme, surtout Keith le chanteur qui en profitait pour faire du headbanging avec sa longue tignasse en dreads. Je n’ai découvert ce groupe que la semaine dernière avec l’album This is hell sorti en 2017. Étant à Montréal, ils en ont profité pour enregistrer quelques pistes pour leur prochain album avec nul autre que le producteur Chris Donaldson et le bassiste du groupe extrême Cryptopsy. J’ai très hâte d’entendre le résultat de cette rencontre. Ce fut une très belle soirée de musique méta et une première fois qu’une la soirée se termine avant l’heure prévue. Un excellent mardi soir. Merci à Ashermedia de l’invitation.

Sujets connexes

Print Share Tweet Follow Email +1 Share