Au gré des Perséides, un roman où secrets, mystères et émotions vives se côtoient

Au gré des Perséides est le troisième roman de Mélissa Perron et la suite de Belle comme le fleuve publié aux éditions Hurtubise. En 2019, Mélissa avait publié Promets-moi un printemps et abordait entre autres sujet, la dépression. Puis, dans le deuxième roman, on retrouvait le personnage de Fabienne six ans plus tard, après son diagnostic d’autiste Asperger au fémininCe troisième volume poursuit les aventures de l’attachante Fabienne, trois ans plus tard, avec l’exploration du thème des secrets.  Je suis à nouveau tombé sous le charme de la plume de Mélissa Perron.

Résumé : Fabienne habite maintenant depuis trois ans à Saint-Auguste-sur-Mer, avec son amoureux Charles, dans le duplex que lui a légué sa mère. Relation parfaite, site idéal, emploi passionnant… Et pourtant, quelque chose la gruge, de plus en plus, depuis des mois, et la tempête gronde.  Au même moment, à la maison de soins palliatifs où elle travaille, arrive un nouveau patient, Smart, personnage ombrageux. Avec lui, ça part mal, très mal. Au même moment, tante Claire, dernier membre vivant de la famille de Fabienne, vient emménager au rez-de-chaussée de son duplex. Au même moment ou presque, la fameuse boîte verte refait surface. Pour Fabienne, c’est beaucoup, beaucoup trop de choses en même temps. La tempête est de plus en plus proche.. Dans la vie, tout le monde a des secrets. Certains les emportent avec eux en mourant et ceux qui leur survivent doivent alors en porter le fardeau. Mais pour venir à bout de tous les secrets et de tous les non-dits, heureusement, on peut toujours compter sur les Perséides.

C’est avec un plaisir renouvelé que je me suis plongée dans ce troisième roman et que j’ai retrouvé avec bonheur le personnage de Fabienne que j’adore profondément. Et je ne suis pas la seule pour qui son franc-parler sans filtre, ses réactions disproportionnées inattendues et son dévouement pour ses proches la rendent si attachante, drôle et intéressante à côtoyer. Que ce soit son conjoint Charles qui ferait tout pour son confort et sa paix d’esprit, ou Smart, le nouveau patient de la maison de soin palliatif qui ne jure que par ses moments passés avec elle, tous sont chamboulés par la présence et les actions de Fabienne.

Bien que le roman se passe en grande partie dans une maison de soins palliatifs, où les gens sont en fin de vie et que la mort rode à chaque page, le roman est extrêmement lumineux, car il nous montre la beauté de la vie à travers les yeux de Fabienne. Elle voit tout le beau de la nature, des animaux, du fleuve et des astres. De plus, son désir d’aider son prochain et surtout de réaliser les derniers souhaits des gens en fin de vie m’a ému à plus d’un moment.

Naturellement, il y a aussi les moments d’intériorité de Fabienne, où elle doit combattre ses excès d’anxiété, son envie de fuir les situations et ses émotions, qui m’ont grandement touché également.

Avec le thème des secrets, ce roman aborde diverses problématiques liées aux secrets, comme faire porter le poids d’un secret à un enfant, emporter ses secrets dans la tombe, et laisser planer des questionnements à jamais pour les survivants. Mais surtout, il aborde la grande liberté et le soulagement qu’engendre le laisser-aller d’un secret, d’enfin partager ce qui nous habite et qui nous hante parfois.

Voici un extrait fort émouvant : «Sais-tu que c’est grâce à un patient que j’suis ici ? Parce que j’veux pas crever la tête pleine moi non plus !….Mais sais-tu comment on tue ça, un secret, pour qu’y arrête de nous étouffer ? Ben on le dit! Pis c’est ça que j’vais faire.»

J’ai adoré ces histoires de familles qui s’entremêlent, se complexifient et se dénouent sous nos yeux. J’ai aimé voir Fabienne tenter de faire le deuil de plusieurs de ses proches et de leurs secrets. J’ai adoré aussi l’histoire de Smart et son scénario qui m’a donné envie de faire un jour le même genre d’activité qu’il propose, en lien avec le titre du livre.

Au final, je dois dire que j’ai été à nouveau conquise par le roman offert par Mélissa Perron et j’espère qu’elle va continuer à nous proposer d’aussi beaux livres à la fois divertissants, intrigants, lumineux et émouvants.

Mélissa Perron vit encore au pied de la montagne qui l’a vue naître et où elle peaufine son écriture. C’est grâce à son diagnostic d’autiste qu’elle se distingue en tant qu’artiste, femme et maman. Elle publie le roman Promets-moi un printemps en 2019; Belle comme le fleuve suit en 2021, et Au gré des Perséides en 2022.

Date de parution 3 août 2022

Nombre de pages : 268 pages

Prix : 24.95$

Éditions Hurtubise : https://editionshurtubise.com/

Mon appréciation de son roman précédent : https://lesartsze.com/belle-comme-le-fleuve-un-veritable-coup-de-coeur-pour-la-plume-de-melissa-perron/

 

Sujets connexes

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d bloggers like this: