«L’Univers symphonique du cinéma» : classiques d’aujourd’hui 

Alors que l’engouement pour la musique instrumentale s’intensifie, l’Orchestre FILMharmonique dirigé par Francis Choinière lance un premier disque qui pourrait se retrouver sur bien des listes de lecture, dans la mouvance néoclassique.

Dans vos moments de détente ou au travail, vous aimez être accompagné par la musique de Ludovico Einaudi ? Max Richter ? Vous appréciez le nouvel opus de Jean-Michel Blais ? L’esprit d’harmonie et de paix que des milliers de mélomanes recherchent chez ces compositeurs, on pourrait aussi le trouver avec l’album L’Univers symphonique du cinéma, dont l’ambiance et le ton sont d’une grande douceur.

Parmi les dix pièces interprétées par un ensemble d’intruments à cordes et somptueusement enregistrées à la Maison symphonique, on trouve les intemporelles Cinema Paradiso d’Ennio Morricone et La Valse d’Amélie de Yann Tiersen, tirée de la trame sonore du Fabuleux destin d’Amélie Poulain.

Quelques solos ressortent dont celui du violoniste Jean-Sébastien Roy dans une interprétation poignante du thème principal de La Liste de Schindler du compositeur John Williams.

En plus d’être d’une remarquable qualité sonore, ce disque vous amènera sans doute à faire un pas de plus vers la musique classique avec, entre autres, l’Adagio de Samuel Barber entendu dans le film Platoon.

Au milieu de l’album, on plonge dans l’univers de Mort à Venise, grâce à une exécution tout en nuances de l’Adagietto de la Symphonie no 5 de Mahler.

L’agencement des pièces qui totalisent près de 45 minutes, semble couler de source. Morricone y fait tout naturellement suite à Barber et la simplicité de Tiersen ne détonne pas après la flamboyante Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov, avec le pianiste Steven Massicotte. Rappelons que cette oeuvre russe était intégrée à la trame sonore du film Somewhere in Time.

Bref, des classiques d’hier et d’aujourd’hui font bon ménage dans L’Univers symphonique du cinéma.

Orchestre FILMharmonique – L’Univers symphonique du cinéma / Music at the movies

4 / 5

 

 

Francis Choinière dirige l’Orchestre FILMharmonique à la Maison symphonique, 11 mars 2022
Crédit : Tam Lan Truong

Comme son nom l’indique, l’Orchestre FILMharmonique se consacre principalement aux musiques de films. Francis Choinière et ses musiciens ont d’ailleurs présenté le concert L’Univers symphonique du cinéma avec un orchestre complet incluant des cuivres et des percussions, le 11 mars (2022), à la Maison symphonique.

Le public nombreux et enthousiaste a écouté avec grande attention, entre autres, des extraits des trames sonores de La Mission (Morricone), Le Code Da Vinci (Hans Zimmer), ainsi que Les Portes tournantes, en présence du compositeur François Dompierre. Il faut toutefois préciser que ces pièces n’apparaissent pas sur l’album L’Univers symphonique du cinéma.

Enfin, rappelons que l’Orchestre FILMharmonique a participé au tout premier ciné-concert québécois en novembre (2021). Une cinquantaine de musiciens et choristes ont alors interprété la musique de La Passion d’Augustine, pendant que ce film de Léa Pool était projeté sur écran géant à la salle Wilfrid-Pelletier.

Concerts à venir de l’Orchestre FILMharmonique : Détails

 

 

Sujets connexes

%d bloggers like this: