Entrevue avec Jean Beaunoyer: Céline – René, un amour plus fort que la mort

The following two tabs change content below.
mm

Suzette Paradis

Suzette Paradis est journaliste depuis plus de 25 ans. Elle a fondé Les ArtsZé en août 2016. Précédemment, elle était à la tête de Cinéressources qui a traversé 20 belles années. Ses collaborations en tant que pigistes sont diversifiées - quotidiens, hebdomadaires, mensuels dans des domaines multiples (culturel, alimentation, médecine, politique, etc.)

Une nouvelle biographie  – Céline: René, un amour plus fort que la mort – sur le couple Céline Dion et René Angelil est publiée le 11 janvier en France et au Québec sous la plume du journaliste Jean Beaunoyer.

Après avoir à nouveau fait un travail d’orfèvre pour faire ressortir l’intensité de cet amour qu’a vécu ce couple mythique, l’ancien journaliste de La Presse Jean Beaunoyer accorde une première entrevue pour faire le point sur ce livre frais sorti des presses. Pourquoi? Comment? Et l’avenir qu’en est-il….

S.P.: Avec Céline: René, un amour plus fort que la mort, vous signez un troisième livre au sujet de Céline Dion et de son mari, le gérant René Angelil. Ces personnalités suscitent-elle encore autant d’intérêt même si le public connaît énormément sur leur vie et pourquoi y portez-vous vous-même autant d’intérêt?

Jean Beaunoyer: Je crois que le grand public manifeste encore plus d’intérêt pour Céline qu’il y a dix ou vingt ans parce qu’elle a beaucoup évolué pendant tout ce temps. Cette famille qui n’a jamais failli à la tâche qui n’a jamais baissé les bras, a supporté son mari malade et a combattu avec lui le cancer en 1999 et la reprise de cette même maladie en 2013. Elle est même remontée sur scène à plusieurs reprises pendant la maladie de l’amour de sa vie, à la demande de celui-ci. Elle a enfanté dans la douleur après cinq tentatives de fécondation in vitro. Elle a vécu la mort de son mari et de son frère. Elle a changé son look, vécu une histoire d’amour avec le public français à Bercy et québécois au Centre Bell. Ses enfants ont couvert par la même occasion le Québec. Céline, c’est une histoire sans fin.

S.P.: Croyez-vous vraiment que René a tout planifié concernant son décès et qu’est-ce qui vous amène à une telle conclusion?

Jean Beaunoyer: C’est Céline elle-même qui disait qu’il avait tout préparé pendant des mois. Il avait choisi son cercueil, la liste des invités à ses funérailles et même l’ordre des chansons. Il avait insisté pour que ce soit la composition d’Eddy Marnay 3 heures 20, qui marque le début de la cérémonie. Céline était intriguée par ce choix, effectué des mois avant sa mort. René, selon le rapport des médecins est décédé entre 3 heures et 4 heures, au matin du 14 janvier. Vers le milieu. Intriguant!

S.P.: De quelle façon avez-vous enquêté pour produire cette nouvelle biographie et est-ce que votre méthode a différé des livres précédents?

Jean Beaunoyer: Lors de ma première biographie, il n’y avait pratiquement pas de biographie sérieuse de Céline, disponible sur le marché. Je crois avoir été le premier à raconter l’histoire de cette chanteuse québécoise dans toute sa vérité. George-Hébert Germain a lancé une biographie de Céline quelques semaines après moi. La différence est que la mienne n’était pas autorisée. Il y a eu tout un débat entre George-Hébert et moi dans les médias autour de la bio autorisée et celle non autorisée. J’ai travaillé avec des recherchistes dont un avocat et un comédien qui s’était infiltré dans le milieu de Céline. Du vrai James Bond avec des codes secrets. Maintenant, tout a changé. Le travail a été plus ouvert, plus serein. C’est la reconnaissance d’un couple et celle du travail de René qui s’est beaucoup humanisé à la suite de ses maladies. Beaucoup de recherches sur ce qu’on a écrit sur le couple et des confidences parfois anonymes.

S.P.: Votre livre est publié en France et au Québec, les publics sont-ils différents et avez-vous adapté votre livre selon les publics?

Jean Beaunoyer: Le livre est écrit pour la France et le Québec. Je pense qu’on aime autant Céline en France que chez nous. Il a fallu adapter certaines expressions pour la France mais c’est la même histoire, les mêmes valeurs qui prédominent. Céline est devenue au fil du temps, une vedette internationale que plusieurs pays considèrent comme l’une des leurs.

S.P.: Souhaitez-vous être lu par Céline? 

Jean Beaunoyer: Absolument. Ma maison d’éditions l’Archipel qui a d’ailleurs des bureaux à Montréal, a fait parvenir à Céline, une copie de cette biographie qu’elle me fait l’honneur de soutenir tout particulièrement.

S.P.: Que retenez-vous principalement de cette incroyable histoire d’amour?

Jean Beaunoyer: Cette histoire d’amour est l’une des plus belles, des plus vraies, des plus édifiantes qu’il m’a été donné d’observer. La seule à qui je pourrais la comparer, a été celle de mes parents.

S.P.: Selon votre analyse, Céline réussira-t-elle à refaire sa vie avec un autre homme?

Jean Beaunoyer: C’est la question qui me donne le plus de difficulté. À court terme, elle n’y pense même pas. Avec le temps, peut-être qu’une certaine solitude lui pèsera et qu’elle trouvera un compagnon mais les enfants auront grandi et René demeurera le grand amour de sa vie.

S.P.: Y a-t-il des éléments de la vie de Céline et René que vous avez censurés ou qui selon un consensus resteront à jamais cachés. En d’autres mots, y a-t-il une biographie convenue et une autre réelle?

Jean Beaunoyer: Une biographie non autorisée ne signifie pas qu’on peut tout se permettre. À mon sens, une biographie non autorisée c’est une biographie journalistique. On ne m’a jamais dit quoi écrire et comment l’écrire au journal La Presse et je revendique toujours ma liberté d’expression. Tout comme dans mes articles, j’évite parfois de blesser inutilement des gens dans mes biographies, (celle-ci est la septième). Par exemple, j’ai évité de parler des problèmes d’alcoolisme dans la famille Dion. Maintenant que Céline s’en est ouvert lors d’une entrevue avec Josélito Michaud, c’est connu.

S.P.: Avez-vous imaginé ce que deviendront les enfants de Céline dans un avenir rapproché de 10 ans?

Jean Beaunoyer: Élevés dans le monde du spectacle, je suis convaincu que les trois enfants de Céline et René seront des célébrités à leur tour. Si René-Charles ne devient pas une vedette au hockey (à la condition de prendre un peu de poids),  il sera metteur en scène ou gérant d’artistes. Ses deux autres frères, Nelson et Eddy se lanceront en affaires et fonderont une compagnie qui aura un lien avec le monde artistique, ensemble. Parce que ces deux-là, travailleront toujours ensemble.

S.P.: Que représentent Céline et René pour le Québec? Pour la France?

Jean Beaunoyer: Céline et René représentent la réussite pour les Québécois. Parce que les Québécois ont besoin de la signature de l’étranger pour réussir. Ce n’est pas moi mais Félix Leclerc qui l’a dit. Ils représentent également l’idéal amoureux que la plupart des couples n’ont pas atteint. Pour la France, je pense que les Français reconnaissent une certaine royauté dans ce couple indissociable avec leurs petits princes. C’est aussi l’Amérique que Céline et René portent en eux qui les attirent. L’Amérique de Joe Dassin et de Johnny Hallyday.

 

Le livre

Please follow and like us:
mm

Written by 

Suzette Paradis est journaliste depuis plus de 25 ans. Elle a fondé Les ArtsZé en août 2016. Précédemment, elle était à la tête de Cinéressources qui a traversé 20 belles années. Ses collaborations en tant que pigistes sont diversifiées - quotidiens, hebdomadaires, mensuels dans des domaines multiples (culturel, alimentation, médecine, politique, etc.)

Sujets connexes

Vous aimez? Partagez!

%d bloggers like this: